Automobile

Algérie : Importation, industrie automobile.. Les révélations d’Ait Ali

1
algérie importation industrie automobile
S'abonner :

Algérie – Le ministre de l’Industrie, Ferhat Aït Ali Braham, a abordé le dossier de la construction automobile, et l’importation en Algérie de véhicules depuis l’Étranger. Voici ce qu’il a dit, dans la matinée d’aujourd’hui, sur les ondes de la Radio nationale chaîne 1.

Le premier responsable du secteur de l’Industrie en Algérie s’est prononcé ce dimanche sur, entre autres, le registre de l’importation de voitures et construction automobile. L’invité de l’émission « Daif Essabah » a affirmé dans ce sillage que le nouveau cahier des charges de production automobile définira les paramètres d’une véritable industrie mécanique en Algérie.

L’interlocuteur du média public a souligné que deux grands constructeurs l’un d’Asie et l’autre d’Europe, ont exprimé leur souhait d’investir dans le domaine de la construction automobile. L’Algérie intéresse ces constructeurs asiatique et européen ; si l’on se fie aux propos du membre de l’Exécutif. L’orateur a insisté qu’il n’y aurait aucune concession ; sur le plan des conditions spécifiées en la matière.

Automobile : Pourquoi avoir repris l’importation ?

Le ministre de l’Industrie et des Mines a notamment avancé le motif de la reprise ; de l’activité d’importer en Algérie des véhicules ; en provenance de pays étrangers. Selon lui, la raison du retour à l’importation de voitures est le besoin d’approvisionner le marché. Cette solution n’est que temporaire puisqu’elle survient juste en attendant la mise en place d’une véritable industrie automobile dans notre pays.

L’intervenant a par ailleurs expliqué que les nouveaux textes réglementaires ; et législatifs ne seront pas sujets à changement. Ce postulat est pris en considération, car ces textes ne servent pas les intérêts de certaines parties ; assure Ferhat Aït Ali. Mais ils servent plutôt l’économie nationale de manière transparente et claire.

Finalement, le ministre a noté qu’il y avait des attaques contre son ministère. Celles-ci intervenaient, d’après lui, à la suite du remaniement des lois et des textes. Ces propos virulents ont atteint un haut degré de scepticisme ; et de calomnie, a précisé Aït Ali. Ces gens, a-t-il ajouté, travaillaient auparavant sur le détournement de fonds publics ; estimés donc à des milliards de dollars.

Article recommandé :  Automobile en Algérie : Ce qu’il faut retenir de la LFC 2020

Algérie : Résoudre la crise de liquidité avec la finance islamique ?

Article précédent

Insulté par le Brésilien Romarinho, l’Algérien M’Bolhi riposte sévèrement

Article suivant

Lire aussi

1 Commenter

  1. Monsieur le Ministre , soyez pragmatique et ne vous évadez pas dans des considérations extra . Pour le moment , on ne voit pas une once de ce projet d’importation de voitures pourtant élague à des concessionnaires privés. Mais puisque l État , comme de coutume, s’imisce fortement , dans cette activité , le temps passe et le projet s’eloigne .
    Vous avez pris le projet par le mauvais bout , puisqu’au lieu de faciliter l’accès au marché Algérien de l’automobile , aux constructeurs étrangers dont la fiabilité est reconnue , c’est à eux , à eux seuls, de sélectionner les concessionnaires qui se chargeront de distribuer leur marque.

Comments are closed.