Algérie : vers l’importation d’une flotte de voitures électriques

Automobile – Le premier conseiller du président-directeur général de Naftal, Adel Bentoumi en l’occurrence, a fait état d’une prochaine importation d’une flotte de voitures électriques en Algérie. Découvrez plus de détails à ce sujet, dans notre édition du 10 août 2021. 

Il sied de rappeler que le nouveau cahier des charges, régissant l’activité d’importation de véhicules neufs en Algérie, a fixé un quota de 15 % aux voitures électriques. Celles mues par accumulateurs au lithium ionique. Ce taux permettra éventuellement aux opérateurs d’importer entre 140.000 et 150.000 engins de ce type. Une constatation qu’a réitéré un responsable au sein de l’entreprise de distribution des produits pétroliers.

Pour un avenir favorable tant à sa mobilité qu’à son écologie et sans carburant, principal responsable de la pollution atmosphérique, le gouvernement algérien entend généraliser progressivement les véhicules électriques d’ici 2030. Une stratégie qui semble donc déjà conquérir l’entreprise pétrolière algérienne. Naftal se dit en effet prête à acquérir une flotte de voitures qui avancent à l’aide d’électricité. 

« Nous escomptons nous adapter à cette avancée technologique révolutionnaire ». C’est ce qu’a affirmé Adel Bentoumi. Le premier conseiller du PDG de Naftal s’est récemment exprimé dans les colonnes du quotidien spécialisé AutoJazair. De l’avis du même locuteur, les voitures électriques se répandront sur les parcs automobiles du pays dans les années à venir. Elles s’imposeront, a-t-il souligné, comme un moyen de transport écologique sûr.  

Voitures électriques : Naftal table sur un grand nombre de bornes de recharge 

Au moins une station-service au niveau de chacune des cinquante-huit wilayas sera équipée d’une borne de rechargement électrique. C’est qu’a déclaré le porte-parole de l’entreprise pétrolière algérienne. « La voiture électrique est capable de parcourir des centaines de kilomètres en une seule charge. Sa batterie se remplit en quinze minutes au maximum ». Il s’agit là de ce qu’a en outre expliqué Adel Bentoumi. 

Le premier conseiller du PDG de Naftal a proposé quelques recommandations. Cela en vue de favoriser l’émergence des voitures électriques en Algérie. Il a ainsi appelé les pouvoirs publics à adopter de nouveaux dispositifs et mesures. Il leur a recommandé la réduction ou l’exonération des taxes. En plus des droits de douane. « Les concessionnaires pourront ainsi les commercialiser à des prix compétitifs, à l’avantage du citoyen ». 

C’est ce qu’a préconisé le même responsable. Ce dernier a indiqué que des discussions et échanges étaient, actuellement, en cours entre le groupe Naftal et plusieurs fournisseurs automobiles. Cela à l’effet d’équiper les stations de recharge des dernières technologies et d’installer une borne dans chaque ville algérienne, dans un premier temps. Il sied de rappeler qu’une première a déjà été installée au niveau de la station-service de Chéraga. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes