Algérie : l’impact de l’ouverture des frontières sur la situation sanitaire

Algérie – Abordant la question d’un quelconque impact, le porte-parole du Comité scientifique, Djamel Fourar, soutient que l’ouverture progressive des frontières n’affectera pas la situation épidémiologique dans le pays sur laquelle. 

En effet, c’est ce qu’en pense Djamel Fourar. Il s’est exprimé dans une déclaration faite à l’occasion de la semaine scientifique nationale qui s’est déroulée à la faculté de médecine de l’Université d’Alger 1. Le spécialiste rassure l’opinion publique quant à l’état épidémiologique en Algérie sur lequel, d’après lui, l’ouverture graduelle des frontières n’aura nul impact négatif.

C’est ce que rapporte le média en ligne Djalia Dz, ce 17 mai. Lors de cette entrevue, le membre du Comité scientifique aborde la question qui inquiète une frange des citoyens. Il s’agit de la décision du président de la République, Abdelmadjid Tebboune. Celui-ci a donné son aval à la réouverture partielle des frontières aériennes, terrestres et maritimes. 

D’après Djamel Fourar, cette décision ne changerait en rien les données de la situation épidémiologique dans le pays. Le spécialiste semble confiant face à cette nouvelle étape. Celle-ci permettra aux ressortissants algériens ainsi qu’étrangers de rejoindre le sol national. 

Variants du coronavirus : Djamel Fourar rassure 

Dans un registre connexe, Dr Fourar rassure la population algérienne à propos de la transmission des nouveaux variants. Le porte-parole rappelle que ces nouvelles souches sont déjà entrées en Algérie depuis des semaines de cela. Sa propagation n’a pas été aussi conséquente comme c’est le cas de certains pays gravement touchés par ces nouvelles formes du virus. 

En outre, il a souligné le fait que la situation actuelle dans notre pays est relativement stable. Elle ne devrait pas être affectée par cette nouvelle décision de reprise progressive des vols , a-t-il dit. Cette levée partielle des restrictions ne serait porteuse d’aucun danger, selon le médecin. 

Pour rappel, le chef de l’État, Abdelmadjid Tebboune en l’occurrence, a présidé hier une réunion du Conseil des ministres. Il a donné son feu vert à l’ouverture partielle des frontières algériennes, et ce, à partir du 1er juin prochain

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes