Algérie : « Il faut imposer un visa aux Marocains », suggère un sénateur

Algérie – Un sénateur algérien suggère d’imposer un visa aux Marocains. Une intervention qui survient après la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays. On vous en dit plus, ce samedi 04 septembre 2021.

Effectivement, un sénateur algérien a proposé d’imposer un visa aux Marocains pour entrer en Algérie. Cela intervient suite à la rupture diplomatique entre l’Algérie et le Maroc. C’est donc ce qu’il a déclaré auprès du média Dz News. Il ne s’agit d’autres que le sénateur Abdelouahab Benzaim.

Selon ce dernier, l’Algérie doit prendre ses précautions, notamment en vue des relations entre le Maroc et l’entité sioniste.  « L’ennemi israélien », comme qualifié par Benzaim lors de sa déclaration. En réalité, le sénateur trouve qu’il est nécessaire de prendre des décisions économiques qui vont avec les décisions politiques. Pour l’interlocuteur, ce n’est autre qu’une suite logique après la rupture des relations diplomatiques.

D’ailleurs, c’est à cet égard qu’il a suggéré qu’il faut imposer un visa aux Marocains. En revanche, il a précisé que cela devrait seulement s’appliquer aux citoyens marocains qui veulent entrer en Algérie. Ceci dit, cela exclut les citoyens algériens résidant au Maroc. En sus, Benzaim insiste sur le fait que c’est simplement des mesures de précaution.

Une démarche qu’il faut entreprendre avec un pays qui est allié avec l’ennemi israélien, explique-t-il. Pour l’intervenant, cela évitera l’entrée aux personnes qui peuvent nuire via le pays voisin. D’ailleurs, il a explicitement déclaré qu’un Israélien ne peut pas obtenir un visa pour l’Algérie. Ce qui diffère d’un Israélien qui demande cette autorisation depuis le Maroc.

Algérie – Maroc : quid du gazoduc ? 

Concernant le gazoduc qui transite via le Maroc, le sénateur déclare que le royaume touche près de 200 millions de dollars. Et cela, en guise d’indemnités. En outre, beaucoup de ses citoyens travaillent ici en Algérie sans aucun problème. Ce qui le désole au vu « des actions hostiles que le pays a tenues envers l’Algérie ». Le qualifiant ainsi de « mauvais voisinage ». En effet, le royaume chérifien abrite un important tronçon du gazoduc GME.

Celui-ci transporte le gaz algérien vers le marché espagnol. De plus, pas moins de 30 % du gaz naturel consommé en Espagne transite par le sol marocain. Et ce, à travers deux gazoducs : le gazoduc GME, et Medgaz. Ce dernier relie directement la ville algérienne de Beni Saf et celle d’Almeria en Espagne. En échange, le Maroc perçoit ses droits de transit de gaz naturel et des redevances.

D’autre part, l’Algérie a tenu à rassurer les autorités espagnoles que l’approvisionnement gazier se poursuivra. Cependant, sans passer par son voisin le Maroc. Cette démarche signifie clairement que l’Algérie ne renouvellera plus son contrat de livraison de gaz à l’Espagne via le Maroc.

Pour rappel, l’accord entre les deux pays expire le 31 octobre prochain. Tout porte à croire que la partie algérienne s’apprêtait depuis plusieurs mois à se passer du Maroc. D’autant plus avec son vif intérêt pour le projet du gazoduc transsaharien.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes