Algérie : Hausse spectaculaire de l’Euro face au Dinar au marché parallèle

Algérie – La monnaie nationale continue sa dégringolade vertigineuse face aux devises internationales, à savoir le dollar et l’euro, sur le marché parallèle (Square Port-Saïd). 

Effectivement, la monnaie nationale subit de plein fouet les conséquences de la situation épidémiologique qui perdure. Depuis des mois, l’Algérie observe une chute historique du dinar face aux monnaies étrangères, l’euro ou encore le dollar américain, notamment sur le marché informel. 

Les spéculations autour d’une éventuelle réouverture des frontières font que la monnaie algérienne s’effondre ces dernières semaines. Cela, sur tous les marchés parallèles du pays. Au cours de cette semaine, un euro s’est échangé au prix de 209,75 DA à l’achat, contre 210,20 à la vente.

Tandis que sur le marché officiel des changes d’Alger, l’euro est coté à 162,12 DA à l’achat et 162,16 à la vente. C’est ce dont fait état le quotidien arabophone El BiladEn ce qui concerne la monnaie américaine, un dollar vaut actuellement 180 DA à l’achat contre 182 à la vente.

Alors que sur le marché formel, un billet américain s’échange au prix de 132,27 à l’achat, contre 132,29 DA à la vente. Que ce soit sur le Square Port Saïd, à Médina Jdida à Oran ou à Souk Dubaï d’El Eulma à Sétif, le dinar algérien perd beaucoup de terrain face aux monnaies fortes. 

Les monnaies étrangères continueront de flamber les prochaines semaines 

Selon un cambiste du Square Port-Saïd, les informations officieuses récentes influencent considérablement le marché informel des devises. Selon lui, un euro s’échangeait autour de 199 DA au mois de novembre. Puis, il a baissé à 190 DA lorsque le nombre de cas de contamination était en hausse.

Une fois la crise sanitaire stable depuis quelques semaines, le marché déserté attend fébrilement la reprise des vols. D’où la nécessité, selon lui, d’épuiser la monnaie nationale. Un autre cambiste de Médina Jdida, Oran, a fait quelques révélations à la même source.

Il a dévoilé que les marchés noirs enregistrent, actuellement, un grand nombre d’acheteurs de devises. D’après lui, à la vue de toutes ces demandes, tout laisse à croire que les liaisons aériennes et maritimes reprendront bientôt. 

En sus, plusieurs cambistes s’attendent à une forte dépréciation du dinar, à un dollar et à un euro encore plus revigorés au mois de février sur le marché parallèle, en Algérie. Le billet vert, quant à lui, poursuit son glissement en ce début d’année en attendant que la compagnie aérienne nationale reprenne son activité.    

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes