AccueilÉconomieVotre ArgentAlgérie : hausse des recettes fiscales pour l’année 2022

Algérie : hausse des recettes fiscales pour l’année 2022

Algérie – Le ministère des Finances d’Algérie table sur une évidente augmentation des recettes fiscales pour cette année 2022. Dzair Daily relate pour vous davantage d’informations à cet égard, dans la suite de son édition du 28 octobre 2022. 

En effet, la loi de finances complémentaire pour l’année 2022 prévoit une hausse du total budgétaire des recettes fiscales en Algérie. Et ce, selon les révélations de Abri Salah, directeur général par intérim de la trésorerie et de la gestion comptable des opérations financières de l’État. D’après, bien évidemment, ce que relaie le média généraliste arabophone, El Khabar.  

Effectivement, les résultats de clôture semblent rassurants, en comparaison avec l’année précédente. Et pour cause : la hausse des revenus de collecte, la reprise de l’activité commerciale, ainsi que l’augmentation des revenus pétroliers. Essentiellement, après les répercussions négatives sur l’économie nationale, en raison de la crise sanitaire. 

Dans un communiqué rendu public par, l’Assemblée populaire nationale, il a été indiqué que les recettes fiscales ont réalisé en 2022 un excédent de 1.751 milliards de dinars. Un chiffre constaté suite aux travaux effectués dans le cadre de l’examen des dispositions du projet de loi de finances (PLF) 2023. 

Notant qu’ils ont été établis par la Commission des finances et du budget de l’Assemblée populaire nationale (APN). Sous la présidence de Lakhdar Salmi. Le même communiqué a souligné que le recours à l’endettement n’appelle pas à l’inquiétude. Expliquant que sur 160 milliards de dinars, la dette extérieure ne représente que 0,7 % du produit intérieur brut.

Abdelaziz Fayed fait état du nouveau PLF 2023 

De son côté, le directeur général du Budget au ministère des Finances, Abdelaziz Fayed, a déclaré que le projet de loi de finances 2023 est conforme aux exigences de transparence. Cet expert a affirmé notamment qu’il permet aux parlementaires d’exercer leur fonction de contrôle. Et réduit considérablement les comptes d’affectation spéciale.

Au cours de la discussion, les députés ont apprécié l’augmentation du montant des licences de programme. Celles-ci étant significatives par rapport aux années précédentes. Ils ont d’ailleurs exigé alors de donner un nouvel élan de dynamisme à la bourse. Cela dans le but de relancer le financement des institutions économiques.

Pour conclure, les dépenses imprévues ont fait l’objet d’un suivi par les membres du comité. Ces derniers suggèrent à cet effet, de relever le pourcentage de la contribution de solidarité pour l’importation des biens énumérés à l’article 59. Et de les affecter pour couvrir le déficit financier enregistré dans les revenus du fonds de pension.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes