AccueilGuide VoyagesAlgérie : Hausse des cas de Covid-19 en Europe pourrait retarder la...

Algérie : Hausse des cas de Covid-19 en Europe pourrait retarder la reprise des vols

Algérie – La reprise des vols de et vers l’Algérie risque, apparemment, d’être repoussée, une nouvelle fois, à cause de la recrudescence du bilan des contaminations quotidiennes du nouveau coronavirus, Covid-19, en Europe.

Les autorités, en Algérie, s’emploient à reporter l’ouverture des frontières terrestres, maritimes et aériennes, et donc la reprise des vols, notamment avec les pays de la rive nord de la Méditerranée, première destination des Algériens, et cela est dû à la courbe d’infection qui a atteint des niveaux effrayants dans ces pays d’Europe ; rapporte le quotidien arabophone, Echorouk ; dans un article paru le 19 septembre.

Le déverrouillage des frontières nationales rime, parait-il, dans la tête des responsables algériens, avec l’accueil, portes grandes ouvertes ; d’une vague de contagion au Covid-19 en Algérie. Le média parle, dans ce cas, de conséquences néfastes pour le pays ; qui a réussi à installer un processus baissier, lent mais continu, de l’épidémie ; depuis des semaines maintenant. Ce que les autorités, explique le titre de la presse écrite ; considèrent comme « un acquis à préserver ».

Selon des sources, du journal Echorouk, intérieures à Algérie Ferries ; et Air Algérie, aucun signe n’émane des hautes autorités indiquant le rétablissement prochain ; du trafic maritime et aérien. Le retour des dessertes ; et vols commerciaux pour les deux compagnies n’est pas à l’ordre du jour ; d’après les mêmes propos.

Ce qui signifie, ajoute le quotidien d’expression arabe, que la réticence du gouvernement algérien ; à déverrouiller les frontières a été renforcée ; par la situation épidémiologique, alarmante selon le titre de la presse nationale ; au sein des pays européens. Les infections quotidiennes en France, par exemple, atteignent 10.000 cas par jour ; écrit Echorouk dans son édition de samedi dernier. De nouvelles mesures ont été imposées en Espagne, poursuit la même source ; pour limiter les contaminations quotidiennes élevées.

Les autorités se montrent intransigeantes : « Consentir des pertes financières, mais pas des pertes humaines »

Selon les mêmes sources du journal, la crainte réside dans la possibilité de recevoir, en masse ; des personnes porteuses du virus. La probabilité est jugée trop importante, explique Echorouk ; en s’appuyant sur ses interlocuteurs, dans le cas d’une ouverture des frontières aériennes et maritimes ; que ce soit pour accueillir les Algériens revenant d’Europe ; après des vacances ou autres ; ou les Algériens et étrangers, souligne encore le quotidien national ; qui voyagent en Algérie depuis l’Europe.

D’après donc les sources que cite Echorouk, Algérie Ferries a annulé plus de 450 liaisons maritimes ; depuis la mi-mars. Ce qui a empêché le transport d’environ 250.000 passagers ; et de 90 à 100.000 voitures. Les mêmes sources estiment les pertes de l’entreprise ; à environ 4 milliards de dinars ; soit 400 milliards de centimes. L’équivalent alors d’environ 33 millions de dollars.

Quant à Air Algérie, et selon les prévisions du ministère des Finances fin juillet ; ses pertes devraient atteindre environ 35 milliards de dinars. C’est-à-dire 3.500 milliards de centimes. Chose qui surviendra si la fermeture se poursuit ; jusqu’à la fin de l’année en cours.

Le quotidien affirme également que les autorités entendent conserver la baisse du bilan du coronavirus en Algérie. La logique du gouvernement, selon Echorouk ; consiste à continuer de supporter, même amèrement, les pertes financières ; des compagnies maritime et aérienne ; au lieu de tragiquement perdre la santé publique.

D’ailleurs, le président Tebboune a assuré, hier 20 septembre, que la sécurité sanitaire du citoyen algérien représente une priorité ; n’admettant nulle concession. Le Comité scientifique prendra une décision en la matière ; a stipulé le chef de l’État. Rappelons par ailleurs, que nombre de spécialistes ; et d’observateurs évoquent un recul de la virulence de l’agent infectieux.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes