Algérie : la grève du Cnapeste dans les établissements scolaires persiste

Algérie – Le dialogue entre le syndicat et le ministère de l’Éducation ne semble pas porter ces fruits. La grève du Cnapeste dans les établissements scolaires en Algérie se poursuit. Apprenez-en davantage dans cette édition du 17 novembre 2021.

Les enseignants affiliés au Conseil national autonome de l’enseignement secondaire et technique ont décidé de poursuivre leur mouvement de contestation. En effet, la grève du Cnapeste dans les établissements scolaires des trois paliers en Algérie persiste. Le bras de fer continue entre le ministère de l’Éducation et le Cnapeste. Celui-ci semble prêt à tout pour relayer sa voix et porter en avant ses revendications.

Ainsi, le Cnapeste se dit déterminé à se faire entendre. La grève à eu son enclenchement le début de ce mois de novembre à raison de deux (2) jours par semaine. À savoir, le mardi et le mercredi. Elle concerne les trois cycles, mais touche essentiellement les secondaires. Le dialogue entre le syndicat et le ministère de l’Éducation, n’arrive apparemment pas à aboutir. Par conséquent, la grève se poursuit. Le Soir d’Algérie en parle.

Les deux parties se sont déjà retrouvées lors d’une réunion tenue avant le début de la grève annoncée. Celle-ci n’a pas abouti aux résultats attendus. Notamment, face à l’inquiétude du Cnapeste du « recul alarmant du pouvoir d’achat ». Sur ce point, l’organisation syndicale a réclamé la nécessité de revaloriser les salaires des enseignants.

Grève du Cnapeste : la situation perdure

La situation ne semble pas plaire aux associations des parents d’élèves. Le secrétaire général de l’Association nationale des parents d’élèves (ANPE), s’est exprimé à ce sujet. Il estime à cet effet qu’une « grève cyclique prend en otage les élèves ». Il a également appelé la tutelle à traiter les revendications des enseignants.

Maintes revendications sont évoquées. En effet, on retrouve la réduction du volume horaire et les tâches non pédagogiques dont se plaignent les enseignants du cycle primaire, notamment. Pour l’heure, le département ministériel répond à ces demandes par des procès-verbaux alors qu’aucune rencontre n’est encore encore programmée.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes