Automobile

Algérie : Gel de l’importation de voitures de moins de 3 ans… La position d’Achaibou

0
algérie voitures importation
S'abonner :

Algérie – « Cette décision est une bonne chose ! », se réjouit le concessionnaire automobile, Abderrahmane Achaibou, quant au gel, en Algérie, de la décision de reprise de l’importation de voitures de moins de 3 ans (d’occasion). Le patron du groupe Elsecom explique pourquoi.

Le professionnel de la concession automobile et P-DG du groupe Elsecom; Abderrahmane Achaibou, soutient fermement la décision annoncée, samedi dernier; par le ministre de l’Industrie Ferhat Aït Ali, concernant le gel de l’importation en Algérie de voitures d’occasion (moins de 3 ans). L’opérateur s’est exprimé dans un long entretien; au site d’information Tout Sur l’Algérie – TSA; paru ce mardi 6 octobre, en fin de matinée.

Contestant d’abord l’adoption de la décision de reprendre cette activité; Achaibou estime que « l’APN; qui avait voté cette loi, n’a sans doute pas fait appel à des experts; pour leur expliquer que les véhicules de moins de trois ans coûtent plus cher que les véhicules neufs ». Selon lui donc, « un véhicule neuf; qui sort des usines européennes à 10.000 euros sera revendu localement; avec un minimum de 30 % de marge au profit du concessionnaire ».

Le P-DG explique au média en ligne que « cela correspond déjà à 13.000 euros ». À ces derniers, « il faudra rajouter 20 % de TVA ». Donc, le prix atteindrait le montant de « 15.600 euros ». L’orateur poursuit en soulignant qu’« au bout de 3 ans; d’utilisation la décote serait de 30 % ». Ainsi, « le prix de ce véhicule devenu d’occasion » se baladerait « entre 11.000 et 12.000 euros »; avance l’homme d’affaires.

Toutefois, « un véhicule neuf du même modèle arriverait en Algérie; aux alentours de 10.600 euros », ajoute-t-il. Un peu plus loin, Achaibou note que « l’Algérien; qui achèterait un véhicule de moins de trois ans dépenserait au minium 2.000 euros; de frais supplémentaires ». Il s’agit ici du « (billet d’avion, hébergement, transport du véhicule par bateau…) ». 

Le prix du véhicule d’occasion comparé à celui du même véhicule à l’état neuf

Alors, « le véhicule reviendrait à 14.000 euros environ; échangé au marché parallèle de la devise; soit une contre-valeur de 2.800.000 DA ». À cette somme, « il faudra rajouter les droits de douane, sauf pour l’origine européenne; et une TVA de 19 % ». Finalement, le prix « serait de 3.160.000 DA », déduit la même source.

L’interlocuteur de TSA ajoute ensuite : « qu’à cela ne tienne, le véhicule perdra la garantie; et ne bénéficiera pas du service après-vente du concessionnaire local de la marque; ni des campagnes de rappel éventuelles; pour remise à niveau technique ». Le distributeur automobile tient également à signaler un autre élément.

Il dit dans ce sens « qu’en raison de la qualité moyenne de nos carburants; les véhicules en Euro 6 nécessiteront le remplacement fréquent du pot catalytique; pour un coût minimum de 200.000 DA; voir 750.000 DA pour le haut de gamme ». À titre de comparaison, « le même véhicule neuf; vendu par un concessionnaire en Algérie reviendrait à 2.900.000 DA en toutes taxes comprises », conclut-il enfin à cet égard.

Le gel en question ne serait donc que bénéfique; au consommateur algérien; selon Achaibou. Celui-ci insiste, d’autre part, sur la nécessité d’entamer; l’importation des voitures neuves. Il espère que cela surviendrait; dès le premier trimestre de l’année 2021.

Article recommandé :  Importation voitures Algérie : Ait Ali livre les détails du cahier des charges

Ouverture des aéroports fermés en Algérie : Ce qu’il faut savoir

Article précédent

Vidéo – Voici comment Algérie Ferries prépare la reprise des traversées maritimes

Article suivant

Lire aussi

Commentaires

Comments are closed.