21.9 C
Alger
21.9 C
Alger
mardi, 18 juin 2024
- Publicité -
AccueilSociété et CultureFaits DiversAlgérie : « frappez, frappez ! », deux chevaux maltraités dans une...

Algérie : « frappez, frappez ! », deux chevaux maltraités dans une plage

Publié le

- Publicité -

Algérie – La plage de Tipaza a été témoin d’une grande panique à cause de deux chevaux affolés, qui circulaient précipitamment devant les citoyens.

En effet, la plage de Tipaza, située à l’ouest de la capitale, a été témoin d’une situation hors norme. Deux chevaux affolés couraient donc, dans tous les sens, devant l’œil ahuri des baigneurs, rapporte L’Actu Algérie. D’après la page Facebook, Les meilleurs et les pires coins d’Algérie; la situation s’est passée hier, samedi, le 11 août 2020. Elle a écrit en légende de la publication « Voilà pour ceux qui pensent que la présence des animaux (cheval, chien ou autre) n’est pas dangereuse », rapporte la même source

Ainsi, la vidéo en question, sans doute filmée par l’un des baigneurs a fait la Une des réseaux sociaux. Elle montre deux chevaux affolés qui piétinaient tout ce qui était sur leur passage. De leur côté, les citoyens présents sur les lieux, tentaient tant bien que mal d’éviter les deux étalons. Des jeunes criaient également «frappez, frappez» insinuant de frapper les deux bêtes pour les arrêter. Quant aux propriétaires, ces derniers courraient pour tenter de les rattraper, apporte la même source. 

- Publicité -

Par ailleurs, cet incident, n’est pas le premier à se produire dans les côtes Algériennes. La présence d’animaux est de plus en plus répandue sur les plages et leurs propriétaires ne réalisent pas le danger que peuvent occasionner leurs bêtes. Pour ce qui est des autorités responsables de la sécurité des plages; elles ne daignent pas réagir face à l’inconscience des contrevenants sur les lieux publics. 

La réouverture des plages soumises à des exigences sanitaires 

En effet, le citoyen devra prouver son désir de se déconfiner en se conformant à une kyrielle de conditions exigées par les autorités gouvernementales quant à la réouverture graduelle des plages et des lieux de détente.

A cet égard, le Président de la République a chargé les services de sécurité de veiller au respect de ces mesures, au sens littéral du terme. Dans le cas contraire, les estivants seront condamnés à de lourdes amendes, indique un communiqué de la Présidence publié à cet effet.

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -