Algérie – France : Tebboune tacle Emmanuel Macron

Algérie – Les déclarations du président algérien, Tebboune, à l’égard du président de la France, Macron, ne risqueraient pas d’attiédir le climat austère entre Alger et Paris. Dzair Daily, ce 06 novembre 2021, sur cette occurrence.

Après plus d’un mois du déclenchement de circonstances tumultueuses entre l’Algérie et la France, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, continue de répondre à son homologue français Emmanuel Macron. Ce dernier est à l’origine de déclarations discréditantes envers l’histoire de l’Algérie. Mais aussi, par rapport aux qualificatifs lancés à l’endroit du système algérien.

Ainsi, de tels propos ont coûté chers à la Cinquième République. D’ailleurs, sitôt rapportés par le journal français, Le Monde, sitôt l’ambassadeur d’Algérie en France, Mohamed Antar Daoud, rappelé par Tebboune. Toutefois, la réaction du gouvernement algérien ne s’est pas arrêtée là. C’est en interdisant aux avions militaires français de parcourir le ciel algérien, pour aller au Mali, que ça s’est corsé entre les deux pays. 

Face à l’indignation, le président Tebboune fustige Macron

Interrogé par le magazine allemand d’investigation, Der Spiegel, le président algérien, Tebboune, a encore une fois condamné le « discours âcre ». Celui prononcé par le président français à la cérémonie tenue le 30 septembre dernier. Car les dires du dirigeant dénigrant l’histoire de l’Algérie et son peuple n’étaient pas digne d’un président. C’est ainsi que s’est indigné Tebboune. 

Contrairement à la récurrente hostilité du polémiste Zemmour envers l’Algérie, qui s’oublie telle un fait divers, le dirigeant algérien explique que Macron, en respect au pouvoir qui lui est conféré, n’a aucunement le droit de s’attaquer à l’Algérie.

Et aux Algériens. C’est ce que relate Le Monde de l’entrevue. Dans ce sens, Tebboune fustige Macron en avançant qu’« on ne touche pas à l’histoire d’un peuple. Et on n’insulte pas les Algériens ».

En ajoutant que les dires diffamatoires adoptés par Emmanuel Macron n’entreraient que dans le cadre d’une stratégie électorale. De ce fait, après avoir porté atteinte à « la dignité nationale », le président se dit loin d’aller frapper à la porte de l’Elysée pour résoudre ce conflit diplomatique, a-t-il affirmé.

Car les déclarations d’Emmanuel Macron ont déshonoré l’opinion publique. Telle chose ne sera donc pas épongé du jour au lendemain, soutient-t-il. A ce propos, la décision est irrévocable concernant la coopération avec la France pour l’opération du Barkhane au Mali.     

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes