Algérie : la Fonction publique accorde le droit de s’absenter à cette catégorie

Algérie – Les employés de la Fonction publique peuvent bénéficier du droit de s’absenter dans un cas en particulier. Apprenez tout à ce sujet, ce 15 mars 2022.

La Direction générale de la Fonction publique (DGFP) en Algérie a tenu à informer ses employés d’une loi. Celle-ci concerne le droit de s’éloigner momentanément du lieu de travail pour une raison bien définie. Il s’agit, dans ce sens, de ceux qui souhaitent poursuivre leurs études tout en continuant de travailler au sein de ce secteur. Ennahar rapporte l’information.

En s’adressant à ses différents services, la DGFP a appelé à autoriser les employés qui veulent étudier afin de développer leurs compétences à s’absenter. Car, d’après l’ordonnance n° 06-03 portant loi organique générale de la Fonction publique, l’employé dispose de quatre (4) heures par semaine dans le cadre de ses études.

D’ailleurs, l’organisme qui rassemble les institutions et administrations publiques a souligné la nécessité de soutenir ces fonctionnaires ambitieux en quête de progrès dans leur domaine professionnel. C’est pourquoi, il est important d’approuver leurs demandes si la formation suivie est liée aux activités de l’employé, a-t-on précisé.

Fonction publique : voici la sanction des employés affectés au coronavirus non déclarés

Dans un télégramme envoyé par la DGFP on a informé les différents walis de la République ainsi que les chefs des inspections à prendre en considération un nombre de mesures. C’est-à-dire, celles liées au contexte sanitaire actuel. En clair, il est question de moyens de renforcement de la prévention de la propagation du coronavirus dans les lieux de travail.

Dans ce sens, l’instruction a souligné l’application de nouvelles sanctions envers les employés qui ne se conforment pas au règlement lié à la Covid-19. À ce stade, on parle d’avertissement écrit ou de réprimande. Néanmoins, cela peut aller jusqu’à la suspension de l’employé de son poste d’un (1) à trois (3) jours.

Si, toutefois, les mesures préventives sont violées une nouvelle fois, l’employé s’expose à un arrêt de travail. Celui-ci est fixé de quatre (4) à huit (8) jours. En revanche, si le fonctionnaire dissimule son infection au virus, la DGFP estime qu’il s’agit d’une faute grave. Ainsi, cela conduit à l’arrêt immédiat avec saisie du Conseil de discipline. À l’issue de cette procédure, on décidera de la peine qui lui convient.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes