AccueilÉconomieAutomobileAlgérie : la flambée des prix des voitures expliquée par le ministre...

Algérie : la flambée des prix des voitures expliquée par le ministre de l’Industrie

Algérie – Le ministre de l’Industrie s’est exprimé au sujet de la flambée des prix des voitures dans le marché automobile. Nous vous dévoilerons davantage de détails dans la suite de cet article du lundi 7 février 2022.

En attendant l’autorisation de l’importation de voitures neuves en Algérie, la flambée des prix des voitures de seconde main ou neuves ne cessent de grimper, selon les propos du ministre à ce sujet. En effet, à défaut du gel de l’importation de voiture, le marché automobile reste toujours bloqué. C’est dans ce cadre que le ministre de l’Industrie s’est exprimé.

En effet, invité à la Radio nationale ce lundi, 7 février, le ministre de l’Industrie, Ahmed Zeghdar a évoqué le sujet de la hausse des prix. Le responsable a estimé que le marché algérien connaît une augmentation remarquable quant aux prix proposés. Et ce, dans tous les domaines confondus. Allant des prix des produits de consommation jusqu’aux prix des véhicules.

Au fait, il serait question d’une augmentation des prix de tous les aliments, qui, selon Zeghdar, est due à la situation épidémiologique. Une condition délicate à laquelle l’Algérie est confrontée. Ainsi, le ministre a évoqué la part de responsabilité du ministère de l’Industrie en collaboration avec le ministère du Commerce. Et ce, afin de stabiliser le marché algérien.

Flambée de prix : Quelles propositions a fait le ministère de l’Industrie ? 

En outre, au cours de son passage sur les ondes de la Radio nationale, Ahmed Zeghdar s’est exprimé au sujet de la hausse des prix des voitures en Algérie. Ledit responsable a indiqué que le marché automobile doit être contrôlé. Ainsi, on doit déterminer la marge bénéficiaire. Aussi bien pour des concessionnaires que pour les particuliers. 

Au fait, ce prix de revient doit, selon le même intervenant, être contrôlé à tous les niveaux. Plus précisément, dans le secteur de la Douane, du Commerce. Ainsi qu’au niveau du secteur de l’Industrie. Cependant, quant à la marge bénéficiaire, le responsable a estimé que cela revient au ministère du Commerce de s’en charger.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes