Algérie : La finance islamique pour sauver la bourse d’Alger ?

Algérie – L’ancien député de la communauté nationale à l’Étranger et l’économiste, Mohamed Gahche, estime que la finance islamique pourra sauver la bourse d’Alger après plus de deux décennies de faible croissance. 

D’après l’ancien député de la communauté nationale à l’Étranger, la situation économique en Algérie nécessite une coopération et une coordination avec la finance islamique et la création d’un modèle de marché boursier islamique qui rivalise la bourse mondiale. 

Le spécialiste Mohamed Gahche, avec qui s’est entretenu Echorouk, a indiqué que les autorités gouvernementales portent un intérêt tout particulier à la bourse d’Alger. En effet, selon l’ancien parlementaire; les autorités ont demandé de revoir certains instruments et actions négociés à la Bourse et ce; pour confirmer leur comptabilité avec les principes de la charia.

Une chose est sûre selon Gahche; beaucoup d’Algériens refusent les banques classiques parce qu’elles sont « usuraires ». Il a expliqué par la suite que trouver des alternatives islamiques qui remplacent les obligations est une nécessité économique vu que la finance islamique a été favorablement accueillie par le peuple depuis son lancement.

La bourse d’Alger : Plus de deux décennies de faible croissance 

La bourse d’Alger reste au stade embryonnaire depuis sa création en 1997. Selon Gahche; l’un des facteurs de la faiblesse de cette coquille vide est l’existence d’une économie parallèle; en d’autres termes; l’activité de nombreux investisseurs privés dans un environnement en dehors du cadre réglementaire de l’État, qui leur apporte des bénéfices plus importants et plus rapides qu’investir en bourse.

L’absence de culture d’investissement; la peur de l’aventure; les prêts classiques mais aussi le manque d’efficacité dans la gestion de la bourse ont contribué fortement à la faiblesse du marché boursier algérien. C’est pour cette raison que; selon lui; la finance islamique pourra sauver et donner un coup de pouce à la bourse d’Alger.

Sauver le marché boursier algérien par le financement islamique

Pour se faire, l’expert en économie souligne l’obligation de construire un conseil de surveillance spécialisé pour développer le marché boursier islamique; et ce; en purifiant toutes les transactions financières, et en supprimant les intérêts usuraires.

Vu que le concept de la banque islamique est en en train d’émerger en Algérie; le spécialiste suggère d’encourager les institutions et les entreprises économiques à se transformer en sociétés par actions (SPA) comme l’énonce la loi algérienne puisque; selon lui; la majorité des entreprises sont soient unipersonnelles à responsabilité limitée (EURl) ou à responsabilité limitée (SARL).

La banque islamique, à l’avis de l’interlocuteur; encourage les jeunes investisseurs à investir leur argent dans l’achat d’actions d’entreprises dont les actions leur permettent d’obtenir un profit mensuel important. De même sur le plan fiscal; Gahche a expliqué que la faillite de la société n’entraîne pas la faillite de l’investisseur. Ce dernier pourra sortir facilement de la société en vendant ses actions sur les marchés financiers.

Voici comment la volonté politique contribuera à cette mission de sauvetage

L’économiste a indiqué que la volonté politique joue un rôle important dans la levée des obstacles et la promulgation de lois de contrôle pour avorter tout type de corruption et fraude. D’autre part; cette coordination permettra de diffuser la culture de la bourse parmi les particuliers et les institutions et de l’adapter aux principes de la charia.

Dans le même sillage; l’expert a appelé les autorités responsables à lever ces obstacles dans le cadre d’un vaste programme de réforme au niveau de l’économie nationale et du secteur financier en particulier; ce qui aurait par la suite un impact positif sur le développement de la bourse d’Alger.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes