AccueilÉconomieVotre ArgentAlgérie : La finance islamique est-elle halal ? Ghlamallah répond

Algérie : La finance islamique est-elle halal ? Ghlamallah répond

Algérie – Alors que les concertations avec la Banque d’Algérie (BA) à propos du lancement de la finance islamique dans les banques Algériennes se poursuivent, Bouabdellah Ghlamallah fustige les opposants à ce dispositif.

Intervenant lors d’une conférence nationale sur la finance islamique, tenue le 30 septembre dernier par le Haut Conseil Islamique (HCI); le président du HCI, Bouabdellah Ghlamallah a fustigé les parties qui se positionnent contre la finance islamique en Algérie; estimant qu’ils visent à nuire aux efforts apportés dans le processus de lancement d’une finance fondée sur les principes de la loi islamique (la charia) dans les établissements bancaires Algériens.

« Les fausses prétentions, que cette activité n’est pas conforme aux préceptes de l’Islam retardent le lancement de la finance islamique en Algérie »; a lâché l’ancien ministre des Affaires Religieuses; affirmant que « les spécialistes en jurisprudence (Fiqh) ont confirmé sa licéité [caractère halal, ndlr] »; selon ce qu’a rapporté l’agence de presse, APS dans son édition du 30 septembre 2020.

Face à la crise économique qui frappe l’Algérie, les participants à la conférence susmentionnée ont soutenu qu’il est essentiel « d’accompagner les banques offrant les prestations de la finance islamique à travers la promulgation de textes de loi adéquats ». Ils ont par ailleurs indiqué que les concertations avec la banque d’Algérie (BA); visant à réunir toutes les conditions permettant la réussite de cette activité et apporter le bénéfice escompté à l’économie nationale; se poursuivent.

Finance islamique en Algérie : Après la BNA, le CPA suivra ?

S’agissant du Règlement 20-02 de la BA sur la finance islamique, le président du Conseil national économique et social (CNES), Réda Tir a estimé « qu’il n’était pas suffisant pour réunir les conditions de réussite connues dans la littérature économique et financière ». Il faut « cibler les catégories potentielles et se rapprocher des clients », afin de répondre à la problématique de commercialisation des produits islamiques, a recommandé le président du CNES.

Rappelons qu’en début août 2020, la Banque Nationale d’Algérie (BNA) est devenue la première banque publique; à avoir obtenu l’autorisation de mettre sur le marché les produits relevant de la finance islamique. Par ailleurs, les directeurs des banques ont plaidé pour l’accompagnement; et le soutien des opérateurs dans le domaine de la finance islamique.

Selon notre source, le PDG du Crédit Populaire d’Algérie (CPA), Mohamed Dahmani a indiqué que l’établissement financier qu’il représente; compte mettre en place près de 30 agences bancaires spécialisées en la finance islamique; et des guichets mixtes au service des clients désirant bénéficier à l’avenir de ces prestations. Cela dit, selon les experts financiers cette démarche permettra de drainer les liquidités en circulation dans le marché parallèle; qui demeurent intraçables.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes