Algérie Ferries : Voici les pertes causées par la fermeture des frontières

Algérie – La crise sanitaire du coronavirus qui a causé la fermeture des frontières et la suspension des liaisons maritimes, a infligé des pertes historiques à la compagnie algérienne de navigation maritime, Algérie Ferries en l’occurrence. 

Tout à fait comme les autres secteurs, le transport maritime n’a pas été à l’abri des conséquences inéluctables de la pandémie de la covid-19. La chute est spectaculaire et la situation s’alourdit avec la suspension continue des liaisons maritimes. Les pertes causées par la fermeture des frontières sont phénoménales pour la compagnie algérienne de navigation maritime, Algérie Ferries, qui voit d’ores et déjà son avenir s’assombrir. 

D’après ce qu’a indiqué le média arabophone, Ennahar, dans un article paru ce mercredi 27 janvier, le transporteur maritime a dû annuler 640 liaisons maritimes. Cette fermeture des frontières algériennes a amputé le transporteur maritime 380.000 passagers de la mi-mars jusqu’à ce jour. Les pertes qu’a entraînées cet arrêt net sont, quant à elles, estimées à dix (10) milliards de dinars. 

Depuis la fermeture des frontières, aucun billet de voyage n’a été vendu. Algérie Ferries est donc en grandes difficultés. Sur ce, elle se voit dans l’impuissance de payer les salaires de ses travailleurs du mois actuel. Jusqu’à présent, la compagnie maritime continue de subir les conséquences de son inactivité en plein fouet. 

Le secteur du transport durement touché par la crise sanitaire en Algérie

Après la fermeture des frontières, la compagnie susmentionnée n’a effectué que deux (02) traversées maritimes de rapatriement. Celles-ci datent du mois de juin. Passé cette date, les ports sont devenus désertés, contrairement aux aéroports. Ceux-ci accueillent de temps en temps des Algériens rapatriés à bord des avions de la compagnie aérienne nationale, Air Algérie. Cette dernière connaît aussi des temps maigres depuis la fermeture des frontières

D’après la même source, Air Algérie a subi des pertes qui s’élèvent à 4.000 milliards de centimes. Pour sortir de ce profond trou de boue, la compagnie aérienne nationale prévoit une baisse des salaires de ses travailleurs qui s’élève à 40% de ce mois de janvier. Pour l’instant, les frontières sont encore fermées. Les hautes autorités n’ont avancé aucune date. 

Ainsi, les deux compagnies susmentionnées ne peuvent pas reprendre leurs activités régulières à l’international. Mais le transporteur aérien national et celui maritime ne sont pas les seuls à être touchés par la crise sanitaire. Selon le quotidien généraliste, le coronavirus a engendré une perte de 13 milliards de dinars à l’Entreprise Métro d’Alger après le subit arrêt d’activité.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes