Algérie : fermeture d’une clinique de tatouage non autorisée et arrestation de son propriétaire

Algérie – La fermeture et le saisie de matériaux d’une clinique clandestine spécialisée dans le tatouage et l’arrestation de son propriétaire. Dzair Daily relate pour vous tous les détails à ce sujet dans la suite de son édition du dimanche 12 juin 2022.

Un important dispositif des forces de la sûreté urbaine de la wilaya de Batna est intervenu dans une opération d’arrestation. L’affaire a été enclenchée vendredi 10 juin 2022 au niveau du quartier de Kechida. Un suspect impliqué dans une affaire de pratique clandestine d’une clinique de tatouage non autorisée, a été arrêté par les forces de l’ordre en Algérie.

Effectivement, l’affaire a pris beaucoup d’ampleur suite aux nombreuses plaintes de la part des habitants de la région. De ce fait, les éléments de la sûreté nationale ont procédé à l’arrestation d’un jeune homme de 19 ans. Celui-ci est accusé d’exercer sa fonction de tatoueur au niveau d’une clinique non autorisée, indique le quotidien arabophone Echorouk.

Par ailleurs, l’origine de ses plaintes de la part des résidents survient suite aux nombreux visiteurs étrangers. Les plaignants ont affirmé que le logement de l’accusé principal a fait état d’important nombre de délinquants. Ce qui a causé des désagréments pour les habitants qui se sont plaints des bruits et des comportements inappropriés

Fermeture de la clinique : saisie de matériel non stérilisé

En effet, par l’intervention musclée de ce 10 juin, les membres de la brigade de la police judiciaire de la wilaya de Batna ont réussi à mettre hors d’état de nuire, les pratiques illicites de ce malfaiteur. Ainsi, par le biais d’une investigation approfondie, ils ont pu mettre la main sur le matériel utilisé au niveau de la clinique de tatouage.

Au cours de l’enquête, les services de sûreté nationale ont réussi à récupérer la machine utilisée pour le tatouage. Ainsi que 80 aiguilles de tatouage. Dont 60 aiguilles non stérilisées, utilisées plusieurs fois sur différentes personnes. Cette pratique pourrait entraîner des transmissions de maladies infectieuses mortelles.

Les unités de sécurité ont également saisi 13 flacons d’ancres utilisés par le tatoueur de diverses marques et de différentes couleurs. En plus d’une somme d’argent estimée à 40.000 DZD. L’individu s’est finalement vu arrêté et traduit devant la justice. Sous l’inculpation d’avoir ouvert une clinique de tatouage clandestine. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes