Algérie : La façon d’accélérer l’ouverture des frontières selon Berkani

Algérie – Le membre du Comité scientifique, Dr Bekkat Berkani est revenu sur la question de l’ouverture des frontières nationales. Cette dernière est inévitablement liée à la campagne de vaccination contre la Covid-19. 

- Advertisement -

Le président de l’Ordre des médecins a pris la parole dans un entretien téléphonique accordé à Djalia Dz, le dimanche 02 mai 2021. Mohamed Bekkat Berkani s’est exprimé une nouvelle fois à l’égard des frontières de l’Algérie ainsi que la campagne de vaccination engagée contre la Covid-19 et la manière d’accélérer l’ouverture de celles-ci.

En effet, on l’a interrogé sur le lien direct qu’entretiennent deux éléments qu’il dit indissociable. Il s’agit de l’ouverture des frontières algériennes en liaison avec la vaccination collective contre le virus qui circule toujours. Selon la même source, le spécialiste estime que c’est la meilleure décision qui a été prise par les autorités algériennes.

Il se félicite ainsi du maintien de l’espace aérien fermé. Le contraire, d’après lui, aurait été néfaste. Ce serait en laissant une certaine longueur d’avance à la propagation du fléau viral. Toujours campé sur sa position, Dr Berkani, privilégie la prudence et la prise de recul avant de se prononcer complétement sur la question.

Il continue de préférer un traitement temporisé de toute éventuelle ouverture des frontières nationales et la reprise des vols de/vers l’Algérie. Il poursuit ses dires en soulignant que la solution dans ce cas serait d’élargir la campagne vaccinale.

La fermeture des frontières, un pari gagnant ?

Plusieurs spécialistes se sont exprimés au sujet de l’ouverture des frontières et les risques qu’il encourt de permettre une telle démarche. En effet, après plusieurs mois de répit, où la situation sanitaire en Algérie profitait d’une stabilité constante, la situation risque de changer. C’est suite à un probable avènement d’une troisième vague du virus et de ses nouveaux variants.

Selon les dires du médecin spécialiste Zakarya Hadj Allal, la fermeture des frontières reste un bon moyen de gestion quant à la propagation du virus. Il appelle, cependant, à la vigilance face au virus et ses récents variants. De son avis toujours, il ne faut pas se croire carrément à l’abri avec le verrouillage en question. 

Il est utile de rappeler que le gouvernement algérien a procédé à la fermeture totale des frontières depuis maintenant 14 mois. La raison en est la crise sanitaire. Le but consiste et à contrer la recrudescence des cas contaminés par le coronavirus.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes