Algérie : faciliter les crédits automobiles pour les petits salaires, suggère un expert

Automobile– Un expert en automobile suggère de faciliter les crédits automobiles pour les petits salaires en Algérie. On vous étale les détails dans cette édition du mercredi 22 septembre 2021.

Dans un entretien accordé à Algérie Eco, le consultant en automobile, Mohammed Yaddadene, suggère de faciliter les crédits automobiles pour les petits salaires en Algérie. On vous rapporte l’essentiel de son intervention concernant ce dossier qui anime l’actualité ce dernier mois.

En effet, ledit expert s’est penché de près sur le phénomène qui marque le marché des véhicules d’occasion. Dernièrement, les prix des voitures d’occasion ont explosé. Un état de lieu qui a rendu tout achat impossible. Notamment, pour les citoyens dont le salaire est relativement bas. À cet égard, Yaddadene a suggéré quelques solutions pour mettre fin à ce phénomène.

Alors, selon l’intervenant cette hausse est tout à fait normale. Et ce, vu la pénurie des véhicules neufs sur le marché. Cette dernière est une conséquence directe du manque d’importations. Toutefois, Yaddadene estime qu’il faudrait instaurer un cadre réglementaire pour le marché d’occasion. Et ce, afin de le développer suivant un système de reprise.

D’autre part, ledit consultant considère que cette démarche permettra de penser au crédit automobile dans ce sillage. En effet, la petite bourse ne rapporte rien selon lui. D’autant plus que le business de licences avec l’importation de véhicules puissants n’est pas non plus à sa portée. Ainsi, les petits salaires s’inscrivent dans le segment des automobiles compactes. 

Automobile : l’importation des moins de trois ans, qu’en pense Yaddadene ?

Dans ce contexte, Mohammed Yaddadene estime que ce marché non plus n’est pas convenable pour les petits salaires. En effet, ledit consultant a étayé ses propos en évoquant les tarifs élevés que l’Europe pratique pour ces véhicules. Ceci dit, importer des voitures de moins de trois ans ne va pas relancer l’activité du marché automobile

Par conséquent, l’intervenant considère qu’il est plus que temps pour s’activer pour la relance économique. Et ce, dans tous les secteurs économiques concernés. En vrai, avec la crise sanitaire qui a ravagé le monde, le secteur économique a pris un coup. De nombreuses infrastructures ont été contraintes de cesser leur activité. Ainsi, beaucoup de personne se sont retrouvées sans emploi. 

En somme, Yaddadene appelle à la mise en place d’une stratégie qui permettra de revigorer l’économie en général et l’automobile en particulier. En vrai, « le temps perdu c’est de l’argent », déclare Yaddadene.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes