Algérie : Vers l’exonération de la TVA sur les produits de première nécessité ?

Algérie – Le gouvernement mettrait en œuvre prochainement un nouveau dispositif d’exonération de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) sur les produits de large consommation qui contribuera à protéger le pouvoir d’achat des Algériens. 

À la veille de l’avènement du mois sacré du Ramadan, les coûts des produits de large consommation ont pris l’ascenseur exacerbant les ménages aux revenus modestes. Pour alléger ce climat de tension aiguë qui règne, le gouvernement érige une série de mesures et de procédures ayant pour but de garantir les besoins impérieux d’une vie décente à tous les citoyens. Une exonération de la TVA devrait ainsi bientôt être mise en œuvre en Algérie.  

En effet, le ministère du Commerce a présenté un ensemble de propositions au gouvernement. Ces suggestions portent sur l’exhortation des opérateurs économiques. C’est pour les inciter à adopter la facturation de leurs transactions. Ces mesures comprennent bien entendu l’exonération de la TVA pour les produits alimentaires de première nécessité. 

Les propositions du ministère visent notamment à établir un allégement du taux des taxes douanières pour les matières premières. C’est effectivement ce dont a fait état le directeur de l’organisation des marchés, hier 29 mars 2021. Ahmed Mokrani a profité de son passage sur le Forum de la Radio nationale pour s’exprimer sur le sujet qui ne cesse de faire couler de l’encre. 

Lire aussi : Crise de l’huile de table en Algérie : L’ANCA rassure avant le Ramadan

Le responsable a souligné que le ministère du Commerce s’emploie actuellement à encourager les opérateurs économiques à adhérer au système de facturation. Cet effort, stipule-t-il, s’inscrit dans le projet de mettre sur pied un programme de soutien au pouvoir d’achat. Ce qui devrait, par la même occasion, éviter une éventuelle pénurie des produits alimentaires de large consommation.  

En sus, Ahmed Mokrani a rappelé que des propositions avaient été soumises au ministère des Finances. Par lesquelles le premier responsable du commerce a suggéré de maintenir les mêmes prix du pain et la marge de bénéfices pour les boulangers. Concernant le lait, le locuteur a indiqué que le ministère du Commerce avait pris les mesures nécessaires.

| Sujet connexe : Algérie : Rebrab promet la fin de la crise de l’huile avant le Ramadan 2021

Celles-ci ont pour objectif d’augmenter la marge commerciale qui permettra aux distributeurs d’obtenir un gain confortable. « Des plans efficaces amèneront à suppléer les nombreuses lacunes », énonce-t-il. Ahmed Mokrani a précisé que la marge actuelle est assez réduite depuis 2001. Elle n’est que de 0,90 DA, d’après lui. 

À cet effet, l’intervenant a fait savoir une chose. Il a indiqué alors que le ministère du Commerce procède présentement à des réunions et échanges avec le secteur de l’Agriculture. Tous deux, mettront en place des mécanismes de coordination. Une stratégie, Selon Mokrani, qui permettra d’acquérir un certain avantage. Elle aspire ainsi à augmenter d’ici peu la marge bénéficiaire pour le lait pasteurisé, rassure-t-il en outre.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes