AutomobileVotre Argent

Algérie : Essence, Diesel.. Les nouveaux prix du carburant en détail

5
Prix carburant Algérie
S'abonner :

Algérie – L’augmentation des prix du carburant est officiellement entrée en vigueur avec la publication de la Loi de finances complémentaire (LFC 2020); dans le Journal officiel (JO). Voici les nouveaux tarifs appliqués en Algérie.

Les stations-service et pompes à essence réparties sur l’ensemble du territoire national adopteront dorénavant les nouveaux tarifs du carburant. L’augmentation des prix du carburant en Algérie est la conséquence directe de la hausse des Taxes sur les produits pétroliers (TPP). Cette décision fiscale est contenue dans la LFC de l’année en cours.

Ainsi le prix de l’essence a augmenté de 3 dinars et celui du diesel de 5 ​​dinars. L’essence normale est ainsi portée de 38,94 dinars à 41,94 dinars. Le prix de l’essence super, quant à lui, devient 44,97 dinars au lieu de 41,97 dinars. L’essence sans plomb est ramené de 41 dinars pour atteindre 44 dinars. Le prix du diesel est de 28,06 dinars après qu’il était auparavant à 23,06 dinars. 

Il convient de rappeler que la LFC 2020 s’appuie sur un prix de référence du pétrole réduit à 35 dollars le baril. Le prix prévu a également reçu l’approbation des parlementaires de l’Assemblée populaire national (APN). Une pareille diminution a été imposée par le récent choc pétrolier ayant ébranlé le marché mondial des hydrocarbures et secoué les pays producteurs à l’image de l’Algérie.

Prix du carburant en Algérie : Les consommateurs « dirigés » vers le GPL ?

Le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya, avait défendu l’augmentation des prix du carburant approuvée dans la LFC 2020. Le responsable avait assuré que l’impact de la hausse serait limité sur le coût d’exploitation des véhicules. Mais elle permettrait de contourner le gaspillage de cette denrée essentielle, à savoir le carburant.

Afin de démontrer, l’orateur a cité une étude élaborée par le ministère des Travaux publics sur l’incidence de ces augmentations. Le membre de l’Exécutif a affirmé dans ce sillage que ces dernières « ne représentent que 5 % pour le diesel et 3 % pour l’essence ».

En outre et selon les mêmes propos, cette augmentation « réduirait la surconsommation de ce matériau de base ». Elle réduirait aussi « le volume du soutien indirect de l’État pour ce produit. Cela inciterait également les consommateurs algériens d’aller vers l’usage du Gaz de pétrole liquéfié (GPL) ». D’ailleurs celui-ci a été épargné par la hausse des TPP.

Rapatriement maritime d’Algérie : 2 voyages vers la France annoncés

Article précédent

L’importation des voitures neuves en Algérie réglementée par un cahier des charges

Article suivant

Lire aussi

5 Commentaires

  1. Hausse de la TPP , quel Algérien a entendu parler , auparavant, de cette taxe ? Une hausse des prix des carburants doit être expliquée simplement pour nous dire que le soutien de l’État doit être allégé. En d’autres termes, les pertes subies en exportation des hydrocarbures dovent être compensées par une hausse des prix à la pompe. De plus ce n’est pas de cette façon qu’on oriente les automobilistes vers le GPL , lorsqu’aucune “publicite” ou autre attrait n’est dispensé dans les médias.

  2. Il est bien beau d’augmenter les prix des carburants, mais a-t-on pensé aux répercussions que ça va provoquer sur les autres secteurs ? Il me semble alors qu’on est en train de mettre la charrue avant les bœufs ! Il aurait été plus judicieux de geler cette opération ô combien bénéfique peut être pour l’état mais assurément difficile à assumer par le petit peuple dernier maillon de la chaîne. En ces temps difficiles, ceux dans le besoin, seront les seuls à en ressentir les effets. La classe sociale à l’abri du besoin n’en ressentira que dalle et se sera bien évidemment le dernier de ses soucis ! Sauf avis meilleur, il faut d’abord régler la question de la constitution, aller aux élections pour renouveler toutes les institutions représentatives du peuple pour ensuite remodeler le paysage politique, économique, social, sanitaire et tout ce qui s’en suit et pour le bien du pays et pour le bien du peuple et ce n’est qu’à partir de là que tout le monde approuvera tant les règles du jeux seraient où sembleraient claires. Cordialement

  3. Le peuple ? C’est le dernier souci de ceux qui ne pensent qu’a leur “panse” . Effectivement la repercution sera, sans doute, catastrophique sur les autres secteurs touchant à la vie du citoyen. L’impact de cette hausse sur les ” agmentations” des prix effacera toutes les autres bricoles de suppression de l’IRG pour les très bas salaires ainsi que de révisions des pensions de retraites . Les parlementaires qui ont voté cette rubrique possèdent tous des voitures dont le carburant est payé par l’État, sans compter qu’ils sont totalement pris en charge .

  4. Une honte wallah honteux en ce moment difficile et pénible de taper dans les poches du peuple en plus sur ses pauvres honte à vous sa promet un avenir rassurant aux Algérien

  5. L’honnêteté intellectuelle dicte de donner les pourcentages des augmentations finales auprès des consommateurs: plus de 21% pour le diesel et plus de 7% pour le sans plomb. C’est ce qui compte dans le budget du citoyen.

Comments are closed.