7.9 C
Alger
7.9 C
Alger
samedi, 13 avril 2024
- Publicité -
AccueilÉconomieAlgérie - Espagne : des entreprises espagnoles réclament des indemnisations

Algérie – Espagne : des entreprises espagnoles réclament des indemnisations

Publié le

- Publicité -

Économie – La crise diplomatique entre l’Algérie et l’Espagne a provoqué un effondrement de plusieurs secteurs espagnols, raison pour laquelle des entreprises espagnoles réclament des indemnisations à l’État. On vous en dit davantage dans ces lignes du 9 mars 2023.

En effet, plusieurs entreprises espagnoles, touchées de plein fouet par les conséquences de la crise diplomatique survenue entre l’Algérie et l’Espagne, demandent des indemnisations à l’État. C’est le cas notamment des entreprises activant dans le secteur de la céramique, du verre et des machines. Il s’agit de ce que rapporte le quotidien arabophone Ennahar.

Dans le détail, le gouvernement de Pedro Sanchez a été sollicité par les entreprises espagnoles ayant pâti de la crise avec l’Algérie. Et ce, afin que leurs pertes enregistrées soient compensées et qu’elles puissent ainsi reprendre leurs activités et payer les salaires des travailleurs. Rappelons que cette situation est due au changement de position de l’Espagne sur la question du Sahara occidental.

- Publicité -

La région de Valence est l’une des plus durement touchée par l’interruption des échanges commerciaux avec l’Algérie. En conséquence, Generalitat Valenciana a annoncé que les entreprises bénéficieront d’aides pour compenser les pertes de ces derniers mois. L’institution gouvernementale va ainsi financer le retour des conteneurs, les salaires et les dépenses imprévues.

Économie : l’Espagne met en place des mesures pour sauver ses entreprises

Generalitat Valenciana s’engage à régler 50 % des factures présentées par les entreprises. Celles-ci ne devront cependant pas dépasser les 100.000 euros. La subvention totale sera de l’ordre de 13 millions d’euros. Par ailleurs, un autre plan d’aide serait actuellement en cours de négociation avec Bruxelles. Pour minimiser les pertes dues à la baisse des exportations de 84 %.

Le directeur général de l’internationalisation s’est exprimé à ce propos. Il a indiqué que les besoins des entreprises avaient été anticipés avant l’arrivée du Brexit pour couvrir les dépenses engendrées par la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Il a ajouté que la même chose a été faite pour minimiser les dégâts de la crise avec l’Algérie.

- Publicité -

Derniers articles

- Publicité -

Nos lecteurs ont lu aussi

- Publicité -

A découvrir

- Publicité -
- Publicité -