AccueilÉconomieVotre ArgentAlgérie : des entreprises d'importation fictives engendrent des pertes pour le Trésor...

Algérie : des entreprises d’importation fictives engendrent des pertes pour le Trésor public

Algérie – Une fuite de capitaux dont se seraient rendues coupables 10 entreprises à travers la réalisation de 142 opérations fictives engendrent d’importantes pertes pour le Trésor public. Apprenez tout cela ce jeudi 3 novembre 2022. 

Entre 2013 et 2017, dix entreprises d’importations, domiciliées à Oran, ont réussi à sortir de l’Algérie près de 271 milliards de centimes sous le couvert de 142 opérations d’importations fictives. C’est ce que rapporte le quotidien arabophone Echorouk, dans son dernier numéro, paru aujourd’hui. 

Une importante fuite de capitaux que les autorités judiciaires attribuent à un homme d’affaire, actuellement en fuite. Ce dernier aurait, en effet, réussi à contourner les systèmes de défense bancaires et douaniers. Cela avec la complicité active de nombreux responsables. C’est en tout cas ce que précise la même source médiatique en citant 22 accusées, dont 14 employés dans diverses administrations publiques. 

Par ailleurs, ce dossier remonte à octobre 2017. Une réquisition du parquet avait ordonné d’enquêter sur une possible infraction à la réglementation des mouvements des capitaux de et vers l’étranger. L’entreprise soupçonnée exerce dans l’importation de matériaux de construction depuis l’Europe. Un examen approfondi permet donc de mettre au jour des violations de procédures. 

Les mises en causes bientôt devant la cour

Effectivement, l’entreprise soupçonnée employait des registres de commerces enregistrés au nom de 12 autres personnes impliquées dans l’affaire. Ces dernières percevaient des commissions après chaque opération. Selon la même source, quatre ont été arrêtés, tandis que les autres sont toujours en fuite. 

Par ailleurs, le tribunal criminel de première instance près de la cour d’Oran avait saisi le dossier en 2020. Au terme de ce procès, il avait prononcé de lourdes peines de prison contre les accusées, selon le niveau d’implication des uns et des autres. Elles varient entre 5 et 7 ans de prison et une amende de 200 millions de centimes. Et une peine de 10 ans de prison contre l’homme d’affaire en fuite. 

Toutefois, le dossier connaît un autre tournant. Puisqu’il a été transféré auprès de la cour d’appel près du tribunal criminel d’Oran. Le dossier devrait s’ouvrir à nouveau le 9 novembre prochain. Il s’agit là encore de ce qu’a précise le média susvisé.   

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes