AccueilActualitéAlgérieAlgérie : Le dossier de la mort de Lounès Matoub ressurgit

Algérie : Le dossier de la mort de Lounès Matoub ressurgit

Algérie – Un député de la wilaya de Tizi Ouzou interpelle, à l’APN, le ministre de la Justice, Belkacem Zeghmati. Cela concerne le dossier lié à la mort de l’icône de la chanson kabyle engagée, Lounès Matoub, artiste et militant de la cause identitaire et du pluralisme en Algérie.  

Jeudi dernier, et à l’occasion de la séance de débats autour du projet de la loi de prévention et lutte contre les crimes d’enlèvement, un parlementaire de Tizi Ouzou en Kabylie a évoqué, en s’adressant au garde des Sceaux présent à l’hémicycle Zighoud Youcef, le dossier de la mort du chantre de l’identité berbère en Algérie et militant assidu de la démocratie, Lounès Matoub en l’occurrence. C’est ce que rapporte en effet le quotidien national Liberté. Dans son numéro de ce 14 novembre 2020. 

Le contexte dans lequel le député a évoqué le sujet de l’assassinat de Lounès Matoub à l’été 98 collait plutôt bien au cadre du moment. Cela car la séance a été programmée pour débattre d’une loi contre l’enlèvement. Le regretté artiste engagé avait, lui-même, fait l’objet d’un kidnapping en 1994. Ce qui a été suivi de plusieurs jours de séquestration dans les maquis islamistes.

Le député souhaite que la justice algérienne fasse éclater la vérité sur cette affaire

En plus, la mère de Lounès Matoub venait de rejoindre ce dernier, qu’elle n’a jamais cessé de pleurer, de l’autre côté. Nna Aldjia a rendu l’âme à tout juste une semaine avant l’intervention du député à l’Assemblée nationale (APN). La brave dame, éprouvée par la maladie, est partie à 89 ans sans connaitre la vérité. Elle s’est éteinte avant de s’éclairer sur l’assassinat de son fils. Le parlementaire a rendu un hommage solennel à Nna Aldjia, explique le média francophone.

Dans la foulée de cet hommage, l’intervenant a assuré que de son avis, il est primordial de tirer au clair toute l’affaire. Celle donc relative au dossier de la mort de Lounès Matoub. Pour le député, il est question ici d’une « revendication populaire » en Algérie. En outre, toujours d’après lui, il est nécessaire que le ministère de la Justice divulgue toutes les informations. On parle ici des données tirées de l’enquête.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes