Votre Argent

Algérie : Un député appelle à la fermeture du Square (marché noir de devises)

2
algerie marché noir devises
S'abonner :

Algérie – Un député a appelé les autorités à fermer le Square Port Said, estimant que le marché informel des devises cause des préjudices quotidiens à l’économie nationale.

En effet, le député de Front de la justice et du développement (FJD) Lakhdar Benkhellaf, s’est enquit de l’activité illégale du marché parallèle des devises, notamment le Square Port Said, rapporte le quotidien arabophone Echourouk dans son édition du 15 février.

Dans ce sens, Benkhellaf reproche aux différentes institutions de l’État, leur immobilisme face au marché noir qui opère en toute impunité. Selon lui, le Square est devenu une véritable bourse en Algérie opérant dans l’illégalité la plus totale au vu et au su de toute le monde.

Le député s’indigne, à juste titre, en expliquant que la bourse parraléle en Algérie se situe à quelques centaines de mètres de l’Assemblée Populaire Nationale, du tribunal de Sidi M’hamed, ou encore de la Direction générale de la Sécurité Nationale. Une activité qui saigne l’économie nationale en contribuant au transfert illicite des devises à l’étranger, s’est-il scandalisé.

Benkhellaf estime qu’il est du ressort du ministère des Finances, de prendre des mesures face à ce fléau qui ronge la valeur de l’’argent public, en encadrant l’activité de ce marché parallèle dans les plus brefs délais, indique la même source.

Vers la fermeture du Square Port Said ?

À en croire les récentes déclarations du président Abdelmadjid Tebboune et des membres de son gouvernement, les jours du célèbre marché noir algérien sont comptés. En effet, lors de la réunion gouvernement-Walis au Palais des nations à Alger, Tebboune a exprimé explicitement sa volonté de lutter contre tous types de fraudes, en criminalisant notamment l’évasion fiscale et le non-paiement des impôts.

Article recommandé :  Coronavirus en Algérie : Les vendeurs du marché noir de devises témoignent

« Il va y avoir une loi qui va criminaliser l’évasion fiscale. Comme aux États-Unis et dans d’autres pays à travers le monde. Celui qui ne paiera pas ses impôts sera passible de crime économique », a affirmé Tebboune, soulignant que cette loi s’ajouterait au droit pénal.

Pour rappel, l’ex-ministre des Finances Mohamed Loukal avait évoqué, lors d’un débat sur le projet de la loi de finances 2020 devant les députés de l’APN, l’inquiétude des autorités concernant le marché parallèle des devises en Algérie.

Ce dernier avait estimé que le Square fonctionne dans la clandestinité la plus totale sans être soumis à la moindre réglementation. Il comptait déployer des stratégies visant à arrêter l’évasion fiscale et les surfacturations afin d’affaiblir cet « espace parallèle ».

Algérie : Plus de 10 milliards de dollars de prêts bancaires non remboursés

Article précédent

Algérie : Ali Haddad perd l’USMA, Serport rachète le club de foot

Article suivant

Lire aussi

avatar
2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
Abdelhakim MAOUCHEMohamed l ami de l Algérie Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de
Mohamed l ami de l Algérie
Invité
Mohamed l ami de l Algérie

Vous serrez ainsi les soumis du système OMC .
Pas de cours du dinars réel ,pas d ocm

Abdelhakim MAOUCHE
Invité
Abdelhakim MAOUCHE

Je profite du confinement pour apporter ma contribuation. L’état ne pourra jamais éradiquer le marché noir des devises s’il n’y a pas en parallèle un lieu où le citoyen lambda peut acquérir de la devise lui permettant de se déplacer librement à l’étranger car pour les députés et hauts fonctionnaires il y a les frais de mission. L’augmentation du flux des voyageurs, notamment entre l’Algérie et l’Europe, est importante donc un besoin de plus en plus croissant en devises et ce n’est pas l’humiliante allocation touristique qui va régler celà. En fait en voulant tout contrôler sans alternative viable l’Etat… Lire la suite »