AccueilÉconomieAlgérie : « Deglet Nour en danger ! »

Algérie : « Deglet Nour en danger ! »

Algérie – Interdite de vente dernièrement dans plusieurs pays européens et américains, Deglet Nour serait en danger selon l’Association des Exportateurs de Dattes. Dzair Daily vous apporte plus de détails à cet égard dans les lignes qui suivent. 

En fait, c’est la deuxième fois en moins de deux mois que ce produit phare de l’Algérie, Deglet Nour, subit une campagne de rappel dans plusieurs pays européens et américains. En effet, les autorités responsables dans ces pays importateurs ont détecté l’utilisation d’une matière interdite ! Ainsi, si vous voulez en savoir plus, vous n’avez qu’à lire l’intégralité de cette nouvelle édition du 29 août 2022. 

À titre informatif, il s’agit d’un pesticide, le diflubenzuron, une matière interdite dans l’union européenne. Selon le coordinateur national des exportateurs de dattes, Messaoud Bousnina, les analyses ont prouvé que le produit en question contient des résidus toxiques à 400 %. À en croire les propos du responsable susmentionné, les matériaux utilisés conviennent aux agrumes et aux matériaux en croûte.

De ce fait, il a indiqué également que cet incident constitue un coup très dur pour la réputation de ce produit phare des exportations algériennes, hors les hydrocarbures. D’autant plus que de grandes quantités de dattes ont été retournées. D’ailleurs, le chouchou des Algériens a été interdit de vente. En tout cas, il s’agit de ce que rapporte le quotidien Echorouk.

Une enquête pour déterminer les responsables s’avère indispensable !

De son côté, Lakhdar Rezzag Bara, l’un des opérateurs dans ce secteur de production des dattes, a indiqué que plusieurs exportateurs algériens ont été mis sur la liste noire. Et ce, dans plusieurs pays. Par ailleurs, le même responsable a fait savoir que le ministère de l’Agriculture avait reçu de multiples avertissements à ce sujet. 

À cet effet, Lakhdar Rezzag Bara a estimé que l’intervention des hautes autorités du pays s’avère indispensable. Cela, afin de mettre en place une enquête pour déterminer les responsables de ce qu’il a décrit comme « crime économique ». D’autant plus que ça aura plusieurs répercussions sur l’économie du pays. Dans ce contexte, il est impératif de mettre fin à cette politique adoptée et de s’orienter vers de nouvelles solutions plus adaptées, conclut-il. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes