Algérie : le déficit budgétaire va atteindre 31 milliards de dollars en 2022

Algérie – Le Projet de Loi de Finances (PLF) 2022 illustre un déficit budgétaire historique pour l’année 2022 qui peut aller au-delà de 31 milliards de dollars.

En effet, après le déficit budgétaire enregistré en 2021 qui s’élève à 22 milliards de dollars, le Projet de Loi de Finances (PLF) 2022 prévoit un nouveau record en Algérie avec un déficit beaucoup plus important qui dépasse les 31 milliards de dollars, à la suite du dépassement des recettes par les dépenses durant cette année d’étude. C’est ce qu’a rapporté Echorouk, hier.

Au fait, le PLF indique un écart historique entre les recettes et les dépenses. Et ce, dans le budget de l’année 2022. La source susmentionnée détient une copie du document. Celui-ci souligne que les encaissements vont atteindre 5.683 milliards de dinars. Tandis que les charges seront estimées au total à 9.857 milliards de dinars.

Par conséquent, en calculant le résultat financier du budget annuel, on s’aperçoit vite que le déficit peut atteindre 4.100 milliards de dinars. Soit 31 milliards de dollars. Contrairement à l’année d’avant. En 2021, il est estimé à 22 milliards de dollars. Ce qui indique que le déficit budgétaire s’aggrave de 10 milliards de dollars.

Algérie : les causes de cette aggravation du déficit budgétaire 2022

Pour rappel, dans la Loi de finances 2021, le déficit budgétaire a dépassé les 2.784 milliards de dinars, soit 22 milliards de dollars. Avec notamment des dépenses qui ont atteint 8.112 milliards de dinars et des recettes à 5.328 milliards. Cela dit, d’après le PLF 2022, ces chiffres ne vont faire que s’accentuer davantage.

Cependant, un élément reste évident, selon Echorouk. C’est que cette aggravation du déficit annoncée pour l’année prochaine ne peut être causée que par l’augmentation des charges liées à la gestion. Et aux équipements. D’autant plus qu’il serait probable, toujours d’après la même source, que les dernières mesures annoncées par le Président de la République en sont pour quelque chose.

Dans le détail, lesdites mesures visent à améliorer le pouvoir d’achat des citoyens. De ce fait, il se peut que le déficit ait été impacté par certaines. En particulier, en ce qui concerne la réduction de certaines taxes. Et impôts. Comme l’IRG. Celle-ci représente une rentrée d’argent importante pour le Trésor public. C’est là encore ce que rédige le quotidien arabophone.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes