AccueilActualitéAlgérieAlgérie : Les premières déclarations des nouveaux Ministres de Tebboune

Algérie : Les premières déclarations des nouveaux Ministres de Tebboune

Algérie – Les nouveaux ministres, dirigés par Adelaziz Djerad, ont pris leurs fonctions officiellement ce samedi 04 janvier 2020.

À l’occasion de la passation de consignes, en Algérie, les nouveaux ministres composant le gouvernement ont dévoilé les grandes lignes de leurs ambitions au sein de l’exécutif.

Industrie et Economie

Le nouveau ministre de l’industrie Ferhat Ait Ali au sein du gouvernement en Algérie a déclaré aux journalistes présents lors de la cérémonie que le temps de la mauvaise gestion est révolu. Il a ainsi souligné qu’à partir d’aujourd’hui l’Algérie entre dans une nouvelle ère. Celle où « les cadres du ministère de l’industrie vont élaborer une véritable politique industrielle et non pas uniquement gérer les affaires courantes ».

II est à rappeler que Ferhat Ait Ali est un expert en économie. Il est connu par le grand public notamment grâce à ses passages sur de Radio M. Il constitue néanmoins l’une des « surprises » parmi les nouveaux ministres du gouvernement de Djerad, en Algérie. « L’art est difficile et la critique est aisée ». Il s’agit là de ce qu’a affirmé le premier responsable du secteur.

Il s’est exprimé lors de la cérémonie de passation de consignes avec la ministre sortante Djamila Tamazirt. Ferhat Ait Ali a été accompagné par les trois secrétaires d’État notamment le plus jeune ministre Yacine Oualid. Ce dernier a d’ailleurs adressé un message aux algériens quant à la lourde tâche qui l’attend. Cela au sein d’un ministère stratégique.

Communication et Presse

Ammar Belhimer, nommé nouveau ministre de la communication a exprimé son ambition de « donner un nouveau souffle au secteur en mettant en place les conditions nécessaires afin de voir émerger une sphère médiatique qui travaille pour l’intérêt général ».

En effet, dans un contexte politique marqué par un déficit de confiance entre le citoyen et ses institutions, les médias, considérées comme la quatrième pouvoir, ont un rôle primordial au sein de la société algérienne. Créer une sphère médiatique professionnelle et conforme aux standards internationaux sera l’un des plus grands défis qui attendent Belhimer.

 

Santé

Par ailleurs, Abderrahmane Benbouzid nommé à la tête du ministère de ministre de la Santé, a sollicité l’aide de toute personne pouvant l’épauler dans sa mission. : « Aidez-moi en me notifiant si je me trompe pour que je corrige mes erreurs.», a-t-il déclaré lors de la passation de consignes.

Jeunesse et Sports

Le nouveau ministre de la Jeunesse et des Sports, Sid Ali Khaldi a quant à lui, décidé de « combattre les pratiques liées à l’argent sale dans le sport »; l’un des fléaux qui marque le secteur sportif algérien depuis plusieurs décennies, entaché par des scandales financiers de grande ampleur. « Nous allons travailler afin de séparer l’argent sale du sport » a-t-il déclaré.

Khaldi a également rappelé les défis qui l’attendent à la tête du ministère, notamment avec l’organisation des Jeux méditerranéens de 2021, qui vont se dérouler à Oran.

Culture

L’enseignante-chercheuse à l’université d’Alger Malika Bendouda, a également pris ses fonctions aujourd’hui. Lors de la passation de consignes, la nouvelle ministre de la Culture, a exprimé son ambition de vouloir « propulser la culture à un autre niveau.».

Porteuse d’une vision réformatrice, Bendouda a estimé qu’il est urgent de remettre la « culture algérienne » sur le devant de la scène.

Enseignement supérieur et éducation

Lors de la passation de consignes entre Tayeb Bouzid et Chems Eddine Chitour, l’ancien ministre de l’enseignement supérieur a révélé un scoop en déclarant que le nouveau ministre. Ce dernier lui aurait signé son premier contrat de travail.

Concernant sa vision, le docteur Chems Eddine Chitour a déclaré : « On ne peut pas continuer avec les mêmes méthodes que les années 2000 »; en faisant allusion au système actuel.

Le professeur souhaite trouver des solutions pour permettre aux trois millions d’étudiants de se former convenablement en s’appuyant sur tous les outils de de notre époque notamment le numérique. Chitour veut également réformer les emplois du temps pour permettre aux étudiants de travailler à côté de leurs études pour faire face à leurs besoins quotidiens.

Les absents

Cette cérémonie de passation de consignes a été cependant marquée par l’absence de Youcef Sehairi, l’acteur de la série à succès « Wlad Lahlal », diffusée pendant le mois du Ramadhan.

Nommé secrétaire d’État chargé de l’Industrie cinématographique, Sehairi a été vivement critiqué sur les réseaux sociaux, suite à l’annonce portant sur sa participation au gouvernement actuel en dépit de son opposition au système, qu’il exprimait sans concession sur son compte Facebook.

De même, Salim Dada, secrétaire d’État chargé de la production culturelle a également manqué à l’appel lors de ce premier événement largement couvert par les médias algériens. L’absence des deux secrétaires d’Etat aujourd’hui n’est pas passée inaperçue et beaucoup d’internautes se sont interrogés sur les raisons de cette absence.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.