Algérie : Les décisions du Conseil des ministres en bref

Algérie – Les instructions et décisions de Tebboune, lors du dernier Conseil des ministres en Algérie, tournent dans l’orbite de la réduction des importations pour préserver les réserves de change. Telle vision s’inscrit dans une logique de diversification de l’économie nationale.

Un Conseil des ministres a été tenu en visioconférence hier 14 juin et présidé par le premier magistrat en Algérie. La Présidence de la République a rendu public, par le biais de l’agence APS, un communiqué sanctionnant la réunion. Les interventions ont survenu dans le cadre « des engagements » de Tebboune « de réduire la facture d’importation ».

Le chef de l’État a appelé ses ministres « à réduire les importations pour préserver les réserves de change ». Il les a invités à « tirer profit de la récession économique par laquelle passent certains pays développés ». Il est question d’une belle opportunité d’acquérir des usines d’occasion ». Des usines « en bon état, à des prix accessibles et rentables dans l’immédiat ».

Conseil des ministres en Algérie : Vers la fin de l’importation de certaines matières ?

Après l’exposé du ministre de la pêche et produits halieutiques, le Président a indiqué que « le secteur de la pêche pourra véritablement contribuer à la diversification des sources de revenu nationales ». Cela « en garantissant l’autosuffisance en matière de pêche et de s’orienter vers l’exportation ».

Suite à l’explosé du ministre du Commerce, le Président « a ordonné l’interdiction totale de l’importation des produits agricoles pendant la saison de cueillette ». Ce, « afin de protéger la production nationale ». Il a aussi donné l’ordre de durcir le « contrôle sur les fruits importés ». 

Pas question de recourir à l’endettement extérieur, clame toujours Tebboune

Le président de la République a réaffirmé sa position de refus de l’endettement extérieur ». Il campe sur cette position « par souci de préserver la dignité et la souveraineté nationale ». Tebboune « a exhorté le Gouvernement à plus de persévérance et de rigueur dans la gestion ».

Le Président a par ailleurs ordonné « le durcissement du contrôle dans certains hôpitaux qui seraient, selon les médias, en surcharge ». Et où « des cas de patients non pris en charge seraient enregistrés ».

À ce propos, le chef de l’État « a instruit de mettre un avion à la disposition du ministère » de la Santé. L’appareil permettra le « déplacement du ministre, à tout moment sur les lieux; afin de s’assurer des informations relayées ici et là ».

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes