Algérie : La date des examens du BAC 2021 et du BEM source de divergences

Algérie – De nombreux parents d’élèves plaident pour le report de la date de l’examen du BAC et du BEM de 2021, tandis que des partenaires sociaux affichent des divergences à cet égard.

- Advertisement -

En effet, les parents d’élèves pensent qu’il serait plus judicieux de reporter la date des examens du BEM et du BAC pour l’année 2021, à la suite des nombreux mouvements de grève menés dans le secteur de l’Éducation nationale en Algérie qui auraient ralenti l’avancement du programme scolaire, rapporte Le Soir D’Algérie, ce mardi 04 mai.

Dans le détail, le débat tourne principalement autour des examens nationaux de cette année scolaire 2020/2021. D’autant plus que des parents d’élèves règne une atmosphère d’anxiété. Ils craignent que les mouvements de grève initiés par les enseignants auraient engendré un retard dans le programme.

Cependant, l’Association des parents d’élèves ne serait pas du même avis. En effet, son président, Khaled Ahmed, s’est exprimé à ce sujet. Il a indiqué que les mouvements de grève n’auraient pas pu ralentir le programme scolaire. Ainsi, il a expliqué, qu’« il s’agit de deux grèves de deux jours chacune, dont le taux de suivi ne dépassait pas 20 % ».

Dans le même contexte, il a appelé les autorités compétentes à se rapprocher les parties concernées afin d’essayer de trouver les issues convenables. Cela, sans pour autant impacter davantage le secteur de l’Éducation nationale. Ce dernier passe par une phase difficile, a-t-il assuré.

Le SATEF défend le maintien de la date du BEM et du BAC 2021

Il est vrai certains parents d’élèves tiennent à cette revendication. De ce fait, de nombreux appels sont lancés sur les réseaux sociaux dans le but de les faire parvenir au ministère de tutelle. De son côté, le Syndicat autonome des travailleurs de l’Éducation et de la Formation (SATEF) est plutôt du même avis que l’Association des parents d’élèves.

Boualem Amoura, qui occupe le poste de secrétaire général au sein de l’organisme, a précisé qu’« il y a eu de nombreuses protestations des enseignants dans plusieurs wilayas, surtout dans l’Ouest du pays où les élèves ont perdu beaucoup de jours d’enseignement. Ce qui laisse libre champ à la spéculation, d’après lui.

Ça libère donc la voie, toujours selon Boualem Ammoura, aux appels pour le report des dates des examens de fin d’année ». Il a notamment déclaré qu’il est vrai que cette année scolaire est marquée par plusieurs évènements exceptionnels. L’orateur évoque alors le démarrage qui a eu lieu en octobre pour le cycle primaire.

Les cycles moyen et secondaire ont repris, quant à eux, en novembre. Poursuivant, il ajoute le volume horaire qui a dû être réduit à cause de la pandémie. Cependant, le fait de déclarer les examens de fin d’année ne serait pas, selon le syndicaliste, la solution adéquate à mettre en place.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes