AccueilÉconomieAutomobileAlgérie : la date du démarrage de l’industrie automobile révélée

Algérie : la date du démarrage de l’industrie automobile révélée

Algérie – On vous dévoile, dans cette nouvelle édition du mercredi 30 novembre 2022, la date du démarrage de l’industrie automobile.

En fait, c’est le ministre de l’Industrie qui n’est autre qu’Ahmed Zeghdar qui s’est exprimé à propos du démarrage effectif de l’industrie automobile en Algérie. Il a révélé, entre autres, qu’il y a eu, récemment, la signature d’une convention d’investissement entre le groupe automobile Stellantis et l’Agence Algérienne de Promotion de l’Investissement (AAPI). 

Ce qui représente, selon le ministre, une étape importante pour la réalisation du projet de la construction automobile en Algérie. En effet, cet accord constitue l’annonce de l’achèvement d’une étape importante. À savoir celle de la mise en œuvre du projet de fabrication de véhicules par l’usine italienne.

Sachant qu’après l’accord-cadre, ce nouvel accord a été signé le 13 octobre dernier, entre le ministère de l’Industrie et le groupe automobile Stellantis. C’est ce que rapporte le quotidien arabophone Ennahar dans son récent numéro.

Démarrage de l’industrie automobile en Algérie : voici la date révélée par le ministre

Le ministre de l’Industrie a par ailleurs affirmé que le groupe Stellantis est en mesure de former une main-d’œuvre qualifiée. Il indique aussi que « l’année 2023 signera le démarrage effectif de l’industrie automobile, camion et bus en Algérie ». Concernant les dossiers des fabricants, ils seront étudiés au niveau du comité qui a été installé hier.

Ce n’est pas tout ! Le premier responsable du secteur de l’industrie Dz a également souligné la volonté de l’État d’incarner ce projet. Et ce, afin de développer l’industrie automobile locale à travers de véritables projets industriels. Soulignant, par la même occasion, que l’implication de l’usine italienne dans la stratégie régie dans ce domaine par l’État représente l’acceptation du défi de la réalisation des taux d’intégration imposés. 

Ce qui nécessite le recrutement d’un grand nombre d’établissements industriels qui seront chargés d’approvisionner l’industrie automobile en intrants divers. Contribuant ainsi à la diversification de l’économie nationale. En plus d’augmenter la proportion de la contribution de l’industrie au produit national brut. C’est ce dont a fait état la même source. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes