Algérie : Conseil des ministres du 28 février.. Les instructions de Tebboune en bref

Algérie – Le Président Tebboune a présidé, ce dimanche 28 février 2021, la réunion périodique du Conseil des ministres qui s’est déroulée par visioconférence. Voici l’essentiel des instructions prises à l’issue de cette réunion.

- Advertisement -

En effet, le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, chef suprême des Forces armées, ministre de la Défense nationale, a présidé ce dimanche 28 février 2021, la réunion périodique du Conseil des ministres qui s’est déroulée par visioconférence.

Selon le communiqué de la présidence de la République rendu public à l’issue de cette réunion, le conseil a été consacré à l’examen et la validation de propositions relatives à la relance économique. En outre, la réunion a traité les préoccupations citoyennes à travers le pays, précise la même source.

Voici l’essentiel des instructions prises lors du Conseil des ministres de ce 28 février 2021 :

  1. Promotion des investissements et contrôle du foncier industriel :
    Le président a ordonné la récupération de toutes les propriétés industrielles précédemment concédées et estimées à des milliers de fragments qui n’avaient pas été utilisées jusqu’à présent.
    La participation des représentants des investisseurs et des employeurs dans toutes les structures liées à l’accompagnement et à la promotion de l’investissement en tant que partenaires du développement et acteurs majeurs et actifs de l’avancement de l’économie nationale.
    Placement des domaines d’activités sous la tutelle et la disposition des maires pour déterminer les besoins de chaque région pour les différentes activités et ouvrir la voie aux institutions émergentes.
  2. Le secteur du Commerce :
    Le président de la République a chargé le ministre du Commerce de trouver une solution immédiate pour commencer le transfert de propriété de l’usine de Jijel pour la production de l’huile.
    Activation des mesures du droit de la concurrence contre le monopole et la rareté.
    Revoir les mécanismes de soutien à la nourriture du bétail, dans le but de les rationaliser pour améliorer la production nationale, et de réduire la facture d’importation pour assurer la stabilité des prix de la viande sur le marché national, en mettant l’accent sur la nécessité de lutter contre le phénomène de spéculation.
    L’augmentation de la production de viande et la réduction des coûts d’importation, avec l’engagement de l’État à soutenir et à encourager le secteur.
  3. Le secteur de la Santé :
    Le président a ordonné la poursuite des mesures préventives prises, en particulier la fermeture des frontières et de l’espace aérien, particulièrement à la lumière des conditions sanitaires internationales actuelles après la propagation des variants de coronavirus.
    Élargir et renforcer les enquêtes épidémiologiques, en particulier en ce qui concerne les cas infectés par le variant de la covid-19, afin d’assurer le plus grand degré de prévention.
    La poursuite du programme de vaccination contre le coronavirus, en tenant compte des recommandations d’experts et de spécialistes concernant la sélection des vaccins et l’étendue de leur efficacité contre les formes mutées du virus, tout en exploitant de manière optimale les quantités disponibles des vaccins.
  4. Le secteur de l’industrie pharmaceutique :
    Le Président a ordonné la poursuite des contacts avec le partenaire russe pour réussir le lancement du projet de production de vaccin Spoutnik en Algérie dans les meilleurs délais.
    Accélérer les mesures de soutien aux investissements dans les industries pharmaceutiques afin d’atteindre les objectifs fixés de réduire la valeur des importations pharmaceutiques d’au moins 400 millions de dollars d’ici la fin de l’année en cours 2021, et de s’orienter vers les exportations.
  5. Le secteur de la pêche :
    Le président a souligné la nécessité de lutter contre la bureaucratie comme destin inévitable, à travers un travail de terrain pour trouver des solutions aux obstacles auxquels sont confrontés les investissements dans divers domaines, afin de libéraliser l’initiative et de restaurer la confiance dans les agences étatiques chargées d’accompagner les porteurs de projets.
    La création de granges marines pour l’augmentation des produits de la pêche, avec la nécessité de solutionner les vraies raisons des prix élevés.
    Créer des projets de jeunesse créatifs pour des postes de travail, encourager les expériences réussies et réhabiliter la pêche maritime en la rendant accessible à tous.
  6. Le secteur du Tourisme :
    Le président a ordonné l’implication des syndicats d’employeurs en tant que véritables acteurs pour faciliter les procédures d’investissement, notamment en les consultant dans la distribution de biens immobiliers.
    Libéraliser l’initiative pour encourager l’investissement dans le secteur et non pour hypothéquer les investisseurs et les mettre à la merci de l’administration et des maires, surtout si les investissements privés dépendent de l’autofinancement et de l’immobilier privé.
    Prendre en compte la préservation de l’immobilier agricole lors de l’octroi de licences aux investisseurs dans des projets d’expansion touristique
    protéger les gestionnaires avec des dispositions légales qui les encouragent à libéraliser l’initiative devant les investisseurs et éviter la bureaucratie administrative.
  7. Le secteur de la Culture :
    Le Président a ordonné la création d’un texte juridique par lequel les Ministères de l’Intérieur et de la Culture contrôleront les critères de recrutement des artistes étrangers, afin de préserver la référence culturelle du pays et ses ressources financières.
  8. Le secteur des Travaux publics :
    Le président a donné un maximum de deux mois pour prendre toutes les mesures nécessaires au lancement effectif des travaux du port stratégique d’El Hamdania à Cherchell.
    Il a ordonné de faciliter le trafic à destination et en provenance de la capitale en réexaminant les cartes de trafic et en renforçant le réseau routier.
    Mettre en place un système de vigilance pour éviter les pertes financières causées par la longue période d’ancrage des navires dans nos ports.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes