AutomobileÉconomie

Algérie : Les concessionnaires automobiles s’expriment sur le retour de l’importation de véhicules

1
concessionnaires automobiles algérie
S'abonner :

Algérie – La Loi de finances complémentaire (LFC 2020) réintroduit l’importation des véhicules. Mais pas avant la publication d’un nouveau cahier des charges encadrant cette activité. Les concessionnaires automobiles s’attendent à un retard du débarquement de la voiture importée en Algérie. 

L’élaboration d’un nouveau cahier des charges pour réglementer l’importation des voitures; a déclenché en Algérie une compétition féroce entre concessionnaires automobiles. Ils se disputent pour obtenir l’agrément d’importer des véhicules. N’est-il pas encore tôt pour l’engagement d’une telle course ? s’interrogent certains; car la publication du cahier des charges n’interviendra pas avant le début de juillet prochain.

Cette publication mettra fin à l’ère du monopole. Elle ouvrira la porte à tous ceux qui souhaitent entrer dans le domaine en question. Celui de l’importation des véhicules en Algérie. Mais à condition de faire preuve d’intégrité et de transparence; selon les déclarations mêmes du ministre de l’Industrie. Ce à quoi les concessionnaires automobiles ont répondu par : « Toute personne qui ne remplit pas la condition d’intégrité est aujourd’hui dans la prison d’El Harrach ».

Véhicules neufs importés en Algérie : Pas avant 2021 ?

L’ancien président de l’Association des concessionnaires multi marques, Youcef Nebbache, a accordé un entretien au quotidien algérien Echorouk. Il a admis le bien fondé des propos du ministre Ferhat Ait Ali concernant le cahier des charges à venir. Néanmoins, cela prendra du temps, nuance-t-il. Par conséquent, le véhicule importé verra son entrée sur le marché national reportée jusqu’en 2021.

Ce sera le cas, explique l’orateur, même si le cahier des charges est prêt en juillet. Il faut bien se rendre à l’évidence : Le dossier d’importation, la passation des commandes et l’arrivée des navires prendront du temps. L’obtention des licences ne sera également pas rapide; ni la mise en place de la  liste des concessionnaires.

Quid du décret organisant l’importation des voitures d’occasion (moins de 3 ans) ?

Article recommandé :  Algérie : Ferhat Ait Ali dévoile son plan pour rétablir l’industrie nationale

L’intervenant a souligné que le processus d’importation est au point mort depuis longtemps. Le nombre de concessionnaires en 2015 équivalait à 150 concessionnaires; et aujourd’hui il ne dépasse pas quelques dizaines. L’interlocuteur du média arabophone signale par ailleurs; que la liste des concessionnaires en cours de route comportera de nouveaux noms.

Youcef Nebbache demande l’accélération de la publication du cahier des charges. À propos du décret organisant les activités d’importation voitures d’occasion (moins de 3 ans); il se s questionne : Quelle est la raison du retard dans la publication du décret ? D’autant plus que cela n’entraînera pas une saignée des réserves de change. Les Algériens importeront ces voitures avec leur propre argent.

France : réouverture de l’aéroport de Paris Beauvais aujourd’hui

Article précédent

Algérie : Contaminés, morts et guéris.. Bilan du Coronavirus au 14 juin

Article suivant

Lire aussi

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Anciens
Récents Les + votés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Mellah hocine

Qui pourra et avec quoi mesurer l’intégrité du concessionnaire. ? Le cahier des charges étant , chaque importateur doit s’insérer dans les conditions imposées. Mais , attention à ne pas accorder le titre de concessionnaire par affinité ou par clanisme.
Pour l’importation des véhicules d’occasions , il serait plus juste de les confier aussi à ces mêmes concessionnaires, afin de soulager le citoyen de toutes ces procédures très lourdes qui lui feront gaspiller de l’argent.