AccueilÉconomieAutomobileAlgérie : un concessionnaire automobile turc demande l’aide de Tebboune

Algérie : un concessionnaire automobile turc demande l’aide de Tebboune

Automobile – Un concessionnaire turc spécialisé dans l’importation de voitures, notamment en Algérie, sollicite l’aide du président Abdelmadjid Tebboune à l’effet de sauver son usine de la faillite. Retrouvez plus d’informations à ce sujet que Dzair Daily vous expose dans la suite de son édition du 17 septembre 2022.

En effet, un concessionnaire automobile turc de la SARL « Emin Auto », en Algérie, adresse une demande d’aide au président de la République, Abdelmadjid Tebboune, et l’appelle à intervenir pour sauver son usine ruinée. C’est en tout cas ce que rapporte le quotidien généraliste arabophone, Ultra Algeria. 

Effectivement, le responsable de l’entreprise déclare que sa société est au bord de la faillite. De plus et selon ses dires, l’administration des douanes est sur le point de mettre en œuvre la décision de saisir l’équipement pour le commercialiser aux enchères en tant que « ferraille ». Il s’agit là de ce que mentionne en outre la même source médiatique. 

Selon sa rédaction, cette mesure aura des répercussions désastreuses sur l’économie nationale. Le pays perdra ainsi un projet prometteur pour l’industrie automobile algérienne. Une perte, qui plus est, dans un contexte de paralysie persistante de l’activité de l’importation de voitures en Algérie.

Chute de l’usine Emin Auto : voici tout ce qu’il faut savoir 

Notons que le susdit concessionnaire est en activité en Algérie depuis plus de 20 ans. Il explique donc à ce propos : « Après la promulgation de la loi de finances 2014, notre société a pris l’initiative pour démarrer ce projet d’investissement ». De ce fait, ce dernier a procédé à la création d’une usine intégrée. Et cela, en partenariat avec un concessionnaire public chinois. 

Par ailleurs, cette usine se situe dans la zone industrielle de Tamazoura, dans la wilaya d’Aïn Témouchent. Le propriétaire turc avait bénéficié, au début du mois de février 2016, de la formule de concession d’un terrain de 32 hectares. Suite à cela, il a eu l’approbation initiale du comité d’évaluation technique du ministère de l’Industrie. 

Ce qui lui a donné l’autorisation d’entamer les travaux d’ingénierie de l’usine pour enfin les achever dans les délais spécifiés.Il avait en outre bénéficié d’un financement qui est de 4,5 milliards de dinars algériens.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes