AccueilSociété et CultureSociétéAlgérie : les compléments alimentaires pris d'assaut 

Algérie : les compléments alimentaires pris d’assaut 

Algérie – Alors que les compléments alimentaires ont envahi les linéaires des pharmacies, les ministères de la Santé et de l’Industrie pharmaceutique ont réagi. On vous en dit plus dans la suite de ce passage.

En effet, depuis le déclenchement de la crise sanitaire liée au Covid-19, le marché des compléments alimentaires a explosé en Algérie. Cependant, le ministère de la Santé et celui de l’Industrie pharmaceutique semblent déterminés à encadrer la commercialisation de ces sources concentrées de nutriments. Une mesure importante a, alors, été appliquée. Dzair Daily l’expose pour vous, dans cette édition du lundi 5 décembre 2022.

Effectivement, depuis le commencement de la pandémie du coronavirus, les denrées alimentaires s’arrachent dans les officines. La demande a considérablement augmenté en raison de la pénurie de certains médicaments. Perdant l’accès aux substances curatives, les consommateurs ont eu recours aux compléments alimentaires, portant des indications thérapeutiques. Ceux-ci sont devenus une partie courante de leur mode de vie.

Le porte-parole du Syndicat National des Producteurs d’Alcool Agricole (SNPAA) a fait savoir que la consommation des suppléments nutritionnels a explosé. Samir Ouali a indiqué, en effet, que plus de 2.000 compléments importés ont été dénombrés. Le locuteur a déclaré, en outre, que les « fausses publicités » transmises sur les médias sont à l’origine de cet afflux des consommateurs.

Vers l’encadrement de la commercialisation des suppléments nutrionnels

Eu égard à cette situation, les départements de Ali Aoun et de Abdelhak Saïhi ont décidé d’encadrer ce phénomène. Celui qui prend de l’ampleur dans notre société. À cet effet, les tutelles ont lancé des campagnes d’inspection et de surveillance. Et ce, afin d’assurer la mise en œuvre de l’instruction ministérielle liée à la conformité des compléments alimentaires commercialisés en Algérie.

Il s’agit, en effet, de ce dont nous informe le média arabophone El Khabar dans son édition de ce dimanche. Notons, par ailleurs, que le gouvernement a adopté dernièrement une autre mesure. Cela, afin de mettre un frein au commerce de ces substances. La publicité de ces produits a été, en effet, interdite sur les chaînes télévisées. Une démarche visant la préservation de la santé des citoyens algériens.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes