Algérie : « Des commerçants ne vont plus vendre de l’huile », annonce Zebdi

Algérie – Le président de l’Association algérienne de protection du consommateur, Mustapha Zebdi, déclare que de nombreux commerçants de gros et de détail ne vont plus vendre de l’huile de table.

Lors d’une conférence de presse tenue ce lundi 15 mars 2021, le président de l’Association algérienne de protection et d’orientation du consommateur et de son environnement (APOCE), Mustapha Zebdi en l’occurrence, déclare au micro de Ennahar TV que de nombreux commerçants en Algérie, grossistes et détaillants, ne vont plus vendre de l’huile de table.

Il est à noter que les produits de première nécessité connaissent depuis plusieurs semaines une instabilité flagrante. Et ce, en ce qui concerne leurs prix, mais aussi leur disponibilité. Tels que l’huile, l’aliment qui suscite beaucoup de réactions en ce moment. Sa rareté et l’augmentation de son coût provoquent beaucoup de commentaires. Zebdi nous révèle que ce serait dû au fait que certains opérateurs ont décidé de ne plus le vendre.

| Lire aussi : Disponibilité de l’huile de table en Algérie : Boulenouar promet la fin de la rareté

Dans le détail, il explique que ces derniers se plaignent de la faible marge bénéficiaire générée par le produit. Elle serait estimée à 05 DA par bouteille de 05 litres qui coûte 600 DA. De plus, ces mêmes produits doivent être facturés. Ce qui implique que le commerçant aura des taxes supplémentaires dont il faudrait s’acquitter.

De ce fait, le même responsable estime qu’il serait temps de prendre le sujet au sérieux. D’autant plus, argue-t-il, que de nombreux vendeurs de produits de large consommation ont décidé de ne plus avoir affaire à l’huile de table. Pas dans la capitale uniquement, note le responsable associatif, mais sur l’ensemble du territoire national. « Je reçois des appels de commerçants qui projettent de renoncer à la vente de l’huile de table », confie Zebdi.

| Sujet connexe : Algérie : Rebrab s’exprime sur les prix et la disponibilité de l’huile de table

Cependant, Mustapha Zebdi explique que la pénurie observée autour de l’huile n’est pas vraiment effective. Pour s’expliquer, il déclare que ce serait simplement dû au fait que le citoyen algérien s’est habitué à voir ou à consommer une seule et même marque. Néanmoins, il existe d’autres producteurs locaux qui travaillent dans le même secteur d’activité, et qui assurent la disponibilité de ce produit, ajoute-t-il.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes