AccueilÉconomieÉnergieAlgérie : c’est comme ça que Sonatrach a tiré profit de l’arrêt...

Algérie : c’est comme ça que Sonatrach a tiré profit de l’arrêt vers Espagne du gaz liquéfié

Algérie – Découvrez dans cette édition du 26 septembre 2022 comment la Sonatrach a tiré profit de l’arrêt de l’approvisionnement de gaz liquéfié vers l’Espagne. On vous donne tous les détails dans la suite de ces lignes.

En effet, depuis la suspension du traité d’amitié entre l’Algérie et l’Espagne, la Sonatrach a pu tirer profit de l’arrêt des exportations de gaz liquéfié vers le pays européen. Il faut savoir que depuis le mois de juin dernier, les approvisionnements algériens en GNL vers Madrid sont passés à 418 gigawatts par heure. Alors qu’ils étaient de 2.192 gigawatts par heure au mois de mai.

Le mois d’août a été par la suite témoin de l’arrêt total des approvisionnements de gaz liquéfié algérien. Cette suspension est la conséquence de la crise diplomatique survenue entre les deux pays. Après que le gouvernement espagnol et son premier ministre a déclaré soutenir le Maroc concernant la question du Sahara Occidental. Il s’agit de ce que rapporte le quotidien arabophone Echorouk.

Par ailleurs, il faut savoir que les quantités de gaz liquéfiées qui arrivaient en Espagne entraient dans le cadre de contrats conclus à l’avance. Et dont les prix étaient fixés selon un nombre de critères, parmi lesquels le prix du pétrole. C’est dans ce contexte que la suppression des exportations vers l’Espagne profite à l’Algérie.

Énergie : la crise diplomatique avec l’Espagne profite au secteur de l’énergie algérien 

En effet, les quantités autrefois destinées à l’Espagne et dont les prix étaient régis entrent désormais sur le marché libre. La Sonatrach a donc mis sur le marché ce gaz liquéfié à des prix très élevés, du fait de la grande demande sur cette matière. Particulièrement du continent européen. Le prix actuel fixé dépasse les 200 dollars pour le mégawatt/heure. Ce qui contribue à générer un revenu supplémentaire pour l’Algérie.

Dans ce sillage, le PDG de Sonatrach, Toufik Hakkar, a confirmé l’information et a indiqué lors d’une entrevue à la télévision algérienne, que Sonatrach avait injecté 3 milliards de mètres cubes de gaz sur le marché libre. Dont 2,6 milliards à destination de l’Italie, qui a d’ailleurs considérablement augmenté ses réserves de gaz.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes