Algérie : La colonisation de la France et sa nuisance sur l’écologie

Algérie / France – La colonisation de la France a nui à l’écologie en Algérie. L’ICAN appelle la France à déterrer et nettoyer ses déchets nucléaires laissés dans la Sahara Algérien. 

- Advertisement -

À l’occasion du 29 août, journée internationale contre les essais nucléaires, l’organisation non gouvernementale internationale ICAN exhorte la France à « déterrer » les déchets provenant des « 17 essais » nucléaires réalisés pendant la colonisation au Sahara en Algérie, rapporte l’agence APS

Tout à fait comme l’indique le titre de l’étude sur laquelle l’ICAN s’est référée; « Sous le sable la radioactivité ! Les déchets des essais nucléaires français en Algérie ». Cette démarche se veut, révéler les dessous des sables afin d’assurer la sécurité sanitaire des générations actuelles et futures en Algérie. 

Outre cela, l’organisation n’ambitionne pas seulement à la préservation de l’environnement mais aussi l’ouverture d’une nouvelle ère des relations entre l’Algérie et son ex-colonisateur, la France. Cet appel de la lauréate du prix Nobel de la paix en 2017, campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires regroupant 570 organisations non-gouvernementales en provenance de 105 pays, intervient après 50 ans du dernier essai nucléaire en Algérie. 

Puisque le « passé nucléaire » ne peut-être enfoui à jamais

Revenant à nouveau à l’étude. Cette dernière « enfouis sous le sable  du simple tournevis contaminé par la radioactivité, aux avions et chars ». À cet égard, il convient de mentionner qu’elle a été réalisée par; Patrice Bouveret  directeur de l’Observatoire des armements et le co-porte-parole de ICAN France Jean-Marie Collin. 

Dans le même sillage, l’ICAN a indiqué que cette étude montre également comment le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN); « est une réponse pour faire évoluer cette problématique humanitaire et sanitaire ». L’organisation a par ailleurs révélé que l’étude en question doit être rapprochée avec le travail mémoriel de « vérité » entre les peuples français et algérien mise en place avec la nomination de; Abdelmadjid Chikhi, représentant de l’Algérie et l’historien Benjamin Stora.

Selon l’APS, l’intérêt est partagé de la part de l’Algérie. Le ministre des Moudjahidine et des Ayants-droit; Tayeb Zitouni, a toujours insisté sur le dossier d’indemnisation des victimes des essais nucléaires. Pour sa part, l’avocate Fatima Benbraham; pense qu’il est aujourd’hui impératif de récupérer les archives de la période coloniale afin de définir le nombre exact des victimes de ces explosions.  

Le « colonialisme vert » qui nuit à l’écologie

Les 17 essais nucléaires effectués pendant la colonisation de France dans les airs et en milieu souterrain en Algérie; ont gravement impacté l’homme et l’environnement. Ces crimes restent parmi les pires perpétrés durant 132 ans de colonisation, rapporte la radio culturelle France Culture. 

Dans son ouvrage intitulé « L’invention du colonialisme vert. Pour en finir avec le mythe de l’Éden africain », l’historien de l’environnement; Guillaume Blanc évoque ces crimes monstrueux, rapporte la même source.  

L’auteur a révélé à cet égard, que les hommes et femmes africains subissent aujourd’hui la violence quotidienne des éco-gardes. Par ce livre, l’écrivain a dressé un bilan critique de l’action de l’Unesco et l’ONG. C’est un tout nouveau genre de colonialisme selon l’historien, il s’agit du « colonialisme vert ». 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes