Algérie : En colère, Cheikh Chems-Eddine critique Bonatiro (vidéo)

Algérie – En parlant de Loth Bonatiro, le Cheikh Chems-Eddine estime que cet homme « nous a sorti une fatwa dangereuse […] qui sous-entend clairement que le prophète (sws) et les sahaba et leurs héritiers successifs étaient dans l’erreur en jeûnant le ramadan en dehors du mois lunaire portant le même nom ».

Le théologien musulman, célèbre en Algérie pour entre autres son ancienne émission sur la chaine de télévision Ennahar TV, Cheikh Chems-Eddine, a fustigé Loth Bonatiro à qui il a reproché de manière virulente de s’immiscer dans des affaires qui, toujours selon lui, échappent carrément à son domaine de compétence.

C’était dans une interview télévisée à Echorouk TV, que le savant islamique controversé a passé au crible les propos de Loth Bonatiro. Ceux-ci portaient sur la question du ramadan. Selon Bonatiro, note Cheikh Chems-Eddine, « le prophète (sws), lui-même, se serait trompé du mois de jeûne ».

« Supposons que ça était bien le cas », dit l’exégète musulman. Celui-ci poursuit alors en se demandant : « L’ange Gabriel, paix sur lui, ne l’aurait pas alerté ? Les sahaba ne se seraient pas rendu compte ? ». L’érudit en jurisprudence islamique ne s’est pas arrêté ici en ce qui concerne la fatwa de Bonatiro.

« Ces propos relèvent de la mécréance », selon Cheikh Chems-Eddine

Le savant religieux va donc plus loin encore. Il fait ça en jugeant que les « prétentions » de Loth Bonatiro sont facilement assimilables à du « Kufr ». Pour argumenter, Cheikh Chems-Eddine explique que, conformément aux enseignements de l’islam, le prophète Mohamed (sws) est infaillible.

Raconter alors que le Messager d’Allah s’est laissé berner sur la question du mois de jeûne, en induisant ainsi toute son Oumma en erreur, revient à remettre en cause l’un des postulats islamiques les plus fondamentaux. À savoir celui assurant de l’infaillibilité du prophète (sws).

Ce dernier, ses sahaba, et les disciples successifs « auraient tous, des siècles durant, jeûné en dehors du mois de ramadan ! ». C’est de cette façon que s’exclame en effet Cheikh Chems-Eddine. « Il a fallu la venue de Bonatiro pour nous corriger », ironise-t-il. 

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes