Société

Algérie : Circulation du Coronavirus dans la monnaie ? (Billets de Banques)

2
Algérie Coronavirus billets monnaie
S'abonner :

AlgérieLes pièces de monnaie et les billets de banques sont un énorme nid à risque de circulation et de transmission du Coronavirus. Il en est de même pour l’emballage des produits alimentaires et autres articles qu’achètent les consommateurs au quotidien.

La particularité du fameux COVID-19 est qu’il peut se cacher n’importe où; et s’accrocher à toutes les matières. Cependant, depuis la levée du confinement sanitaire; involontairement, l’on accorde moins d’importances à certains gestes. Comme si que le virus avait totalement disparu; alors que celui-ci sévit toujours à travers le globe. Ainsi, une importante recommandation anti-Coronavirus est depuis quelques semaines ignorées en Algérie, notamment la prudence face aux billets de banque et les pièces de monnaie.

En effet, le déconfinement en Algérie a permis la réouverture de tout type de commerces. Ce qui a atténué la vigilance des citoyens; commerçants et ménages confondus. Le constat est clair; de plus en plus beaucoup ne font plus attention aux consignes recommandées par les experts. Alors que la prudence et l’hygiène demeurent les principales mesures à tenir afin d’éviter de contracter ledit virus.

Selon une étude, la durée de vie du Coronavirus sur du carton, pourrait atteindre les 24 heures. Contrairement au plastique ou de l’acier inoxydable, le virus pourrait tenir jusqu’à deux ou trois jours. Par ailleurs, les scientifiques ont également signalé qu’il peut subsister sur le cuivre jusqu’à quatre heures. Notons que cette matière est le principal composant des pièces de monnaie. C’est pour quoi, il est recommandé de procéder à la désinfection de ces dernières.

L’emballage également un risque de contamination ?

Certains commerçant avaient instauré dès leur autorisation de réouverture; des règles d’hygiène; dont la restriction de l’accès à quelques clients au même moment. Certains d’entre eux avaient même bloqué l’entrée de la boutique par un comptoir. Néanmoins, il faut reconnaître qu’il est difficile d’empêcher les clients d’atteindre les étagères et de toucher la marchandise; en particulièrement ces jours-ci; alors qu’un relâchement du respect des règles à l’intérieur des magasins a été observé. 

Désormais, les clients y circulent à leur guise et sont nombreux à toucher les marchandises; à prendre des produits et à les reposer; a rapporté le quotidien algérien, Le Soir d’Algérie. Il s’agit cependant de gestes qui augmentent le risque de transmission du virus. De leur côté, les consommateurs procèdent à la désinfection de leurs produits achetés; chacun à sa manière. Selon les témoignages recueillis par notre source; certains isolent l’intégralité de leurs achats pendant quelques jours dans le couloir ou le balcon; « le temps que le virus se dégrade et que le risque de contamination s’estompe ». 

D’autres les passent au chiffon; imbibé d’eau de Javel avant tout rangement. S’agissant des fruits et légumes; « ils sont désinfectés avec de l’eau de Javel avant de les rincer à l’eau et de les essuyer; les mettant ensuite dans des bacs disposés à l’air libre, et non pas frigo; car les températures basses préservent le virus », a confié Djawida; une femme au foyer préoccupée par le risque de contamination. Pour sa part Nadia, désinfecte même les clés, l’argent, et les chaussures à l’entrée de la maison; a-t-elle livré à notre source.

Article recommandé :  Algérie : « Nous vivrons longtemps avec le Coronavirus », selon le ministre de la Santé

Algérie : Morts, contaminés, guéris.. Bilan du Coronavirus au 15 juillet

Article précédent

Aïd El Adha en Algérie : Vente et achat des moutons en ligne sur Skindar

Article suivant

Lire aussi

S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
Anciens
Récents Les + votés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Mellah hocine

Après bientôt un mois de deconfinement, on lit ce genre d’informations lesquelles devaient être la priorité des pouvoirs publics afin de les porter au niveau du citoyen. Malheureusement, il en fut rien , comme si cette pandémie ne dépendait que du seul citoyen lambda. Une virée en Kabylie me renseigna sur les méthodes de luttes adoptees par des commerçants qui placèrent d’abord un fût à robinet remplie d’eau avec du savon à côté et chaque client est tenu de se laver les mains avant de faire des achats . Le commerçant , lui, a placé un chiffon essui-tout imbibé de… Lire la suite »

Karim

Il faut vite passer à la puce électronique implanté dans le bras l’argent est dangereux et contaminé une conneries de plus encore..