Devise Algérie

Algérie : La valeur du Dinar chute sur le marché officiel de la Devise

3
Dinar marché officiel
S'abonner :

Algérie – Les dernières cotations officielles indiquent que la Banque d’Algérie (BA) a laissé tomber sa « gestion stable du taux de change »; au profit d’une dépréciation hautement visible de la monnaie nationale. 1 Dollar (USD) vaut désormais 129 DA, alors qu’il y a tout juste quelques mois il était à 120 DA. Socialement parlant, cela n’est pas sans conséquences.

A la lumière de la décision du non retour à la planche à billets; ou celle consistant à se détourner de l’option liée à l’endettement extérieur et en guise de solutions immédiates; il ne reste plus grand chose.

La dévaluation de la monnaie nationale et la diminution des dépenses étatiques sont effectivement les seuls choix qui demeurent possibles comme ripostes à court terme. Ce qui n’est pas du tout évident pour l’économie foncièrement pétrolière qui est la nôtre.

La dévaluation du dinar, qu’elle soit dictée par la volonté propre des autorités et aille dans un but d’ajustement, ou imposée sous la contrainte de l’effondrement des finances publiques; affecterait grandement le pouvoir d’achat du citoyen d’une part et le tissu national productif d’autre part; souligne un article paru jeudi 14 mai sur le quotidien national Liberté.

Le pouvoir d’achat des Algériens impacté

Le premier impacté, à savoir le pouvoir d’achat des ménages algériens, se fera principalement par la hausse importante des prix dans un contexte marqué par la montée graduelle de l’inflation; tandis que la sphère de production perdra de sa vigueur en raison de la dépendance de son activité de matériaux acquis; par la voie de l’importation, dans le cadre de transactions s’exécutant en devises fortes; à l’image de l’euro par exemple.

L’impact social sera donc encore plus significatif que ce que nous annonçaient les spécialistes et experts s’alarment il y a quelques temps déjà, à la lumière de la Loi de finances initialement élaborée pour 2020; de la dégradation de la qualité de vie des familles algériennes.

D’un autre côté, des mesures, comme la hausse du SMIC ou SNMG ou l’abolition de l’IRG sur les bas revenus; ont été prises dans le cadre de la Loi de finances complémentaire (LFC 2020) pour justement contourner l’impact ci-dessus mentionné. Des décisions courageuses, saluent les uns. Est-ce suffisant ? s’interrogent les autres.

Valeur du Dinar sur le marché officiel : Une dévaluation déjà prévue par la LF 2020

Antérieurement au récent écroulement des cours du brut sur le marché pétrolier mondial et l’érosion des réserves nationales de change; la monnaie nationale, malgré son recul, était surestimée. Ainsi, la conjoncture actuelle forcera la Banque centrale à se rapprocher davantage de la valeur réelle du dinar, qui risque une fois dévoilée de choquer les Algériens.

La Loi de finances initiale (LF 2020) prévoyait avant même la double crise sanitaire; engendrée par le Coronavirus qui poursuit ses ravages, et financière, résultat du choc pétrolier toujours d’actualité, avec un prix du pétrole fixé à 60 dollars; une dévaluation du dinar d’à peu près 10% s’étalant sur trois (3) années.

Une situation doublement critique

Force est de constater aujourd’hui que la LF principale était plutôt optimiste; vu la situation chaotique y régnant sur le marché des hydrocarbures dont les prix n’atteignent même pas la moitié de celui prévu par ladite Loi.

Selon la LF 2020 et sur trois ans d’affilée, le taux de change du dinar sur le marché officiel (Banque d’Algérie) passera de 120 DA pour un Dollar (1 USD) à la fin de 2019 à 123 DA en 2020; puis à 128 l’année d’après, soit 2021, et à 133 DA durant les deux prochaines années, 2022 et 2023.

Cependant et dès l’intervention de la situation actuelle doublement critique; la situation financière à incidence sociale s’est révélée être largement plus compliquée que ce que l’on croyait; puisque la dévaluation de la monnaie nationale s’est accélérée pour atteindre rapidement le seuil de 128 DA pour une unité de la devise américaine, le Dollar. 

Article recommandé :  Algérie : Des députés proposent une « flat tax » à 20% pour les Algériens

Algérie : Les syndicats critiquent la hausse du salaire minimum (SNMG)

Article précédent

Algérie : La « sous-traitance » pour relancer l’industrie automobile ?

Article suivant

Lire aussi

S’abonner
Notifier de
guest
3 Commentaires
Anciens
Récents Les + votés
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Izou

Il ne nous reste plus qu’à revenir au troc ! Ce qui permettrait à l’Algérien de croire à la valeur de ce qu’il va troquer ! Ça nous débarrasserait de cette monnaie de singe qui ne cesse de plonger. D’autre part, permettez moi S.V.P de dire surtout aux torpilleurs, par manque de fond ils sont priés de prendre le large et pour le bien du pays et pour le bien du peuple elghalbaane. Merci.

Mellah hocine

Maintenant que notre monnaie reste dépendante des in-put considérables et que les transactions se font en liquides , il est grand temps qu’un changement de monnaie se fasse. De dévaluation en dévaluation , la monnaie actuelle devient un problème dans toutes les transactions. C’est ainsi que le changement de monnaie permettra une stabilisation et une réévaluation de cette monnaie. Pour effectuer cette opération le gouvernement doit être uni et croire franchement à cette opération de sauvetage de l’économie . Plusieurs pays ont effectué une telle opération afin de résorber toute la liquidité extra banquier et donner un nouvel élan à… Lire la suite »

Izou

Nous n’avons pas a nous plaindre yaa khouti, le Dinar vaut ce qu’il doit valoir ! Haou rana baghiine nrodoh dollar bessif ! Haa hadha ma helbet fi adh elsaa bilama ! Balaak mena ouhak teziane essaa inchallah.