Algérie : une chute des prix des voitures d’occasion est attendue

Automobile – L’importation de voitures neuves en Algérie cassera-t-elle les prix auxquels se heurte le marché de l’occasion ? Une nouvelle lettre adressée au président de la République par un groupe de concessionnaires reflète cette lueur d’espoir.

Assailli de crises de toutes parts, le marché automobile national peut rêver d’une transition favorable à l’économie. Et notamment à tout citoyen impatient à l’idée de s’offrir un carrosse plus à sa portée financière. Un appel a été lancé par un groupement, constitué spécifiquement d’opérateurs économiques, à l’effet de l’activation du processus d’octroi d’agréments : un moyen efficace pour favoriser la chute les prix de voitures d’occasion en Algérie. 

C’est en effet le point mis en exergue dans la lettre. Celle rédigée à l’attention du chef de l’État Tebboune. Le média spécialisé Sayarat Live l’a reprise dans son édition du dimanche. Nous la relayons ici, ce 11 octobre 2021. Si l’on se fie donc aux énonciateurs de la missive, le retour à l’importation de véhicules neufs suffit pour colmater les trous noirs du marché de l’occasion. Ensemble, ils se disent prêts à s’engager à importer des voitures accessibles.

De quoi réconforter les citoyens. Selon la source médiatique susvisée, cette démarche à déjà réussi à inciter un grand nombre d’entre eux à s’abstenir d’acheter une quelconque voiture, pour l’heure. À peine l’encre de la lettre sèche, la demande continue alors de diminuer significativement. Ce qui est donc fortement susceptible d’entraîner des baisses de prix, dans les prochains jours. Cela au niveau des carrefours des véhicules usagés.

Marché automobile en Algérie : les propositions des concessionnaires 

Las de l’ampleur qu’a prise la crise au sein du secteur automobile, les concessionnaires réclament l’accélération de la délivrance des agréments. Un document, faut-il le rappeler, sans quoi l’importation de voitures ne peut être exécutée. « Nous escomptons vous informer, Monsieur le Président, des prix que nous envisageons de proposer lorsque nous aurons entamé notre activité ». 

Il s’agit là en effet de ce qu’on peut lire dans la lettre ouverte. Un correspondance adressée à Tebboune. Le groupe d’opérateurs économiques compte ainsi adopter des tarifs oscillant entre 990.000 à 1,8 millions DA pour les voitures touristiques. « Toutes taxes comprises et selon la marque ». Le même collectif propose par ailleurs une vente des véhicules utilitaires et des camions légers à partir de 1,05 millions de dinars algériens. 

Il suggère en revanche un montant de 2,3 millions pour la commercialisation des utilitaires type Pick-up. Celui des camions lourds sera, quant à lui, compris entre 1,9 et 4,7 millions de dinars. « Cette démarche permettra au citoyen d’acquérir un nouveau véhicule avec une garantie de 5 ans. Elle occasionnera aussi une chute libre des prix actuels des voitures d’occasion en Algérie». C’est ce qu’ont en outre souligné les concessionnaires automobiles

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes