Énergie

Algérie : Chute du prix du pétrole à moins de 35 dollars le baril

0
Pétrole Algérie
S'abonner :

Algérie – Face à la chute libre du prix du pétrole, l’Arabie saoudite a opté pour une stratégie de prise de parts de marché, la même qui, en 2014, a entraîné la chute des prix du brut d’environ deux tiers.

Le brut poursuit sa chute, entamée au début de l’année en cours, en perdant en tout jusqu’à présent la moitié de sa valeur. Aujourd’hui, en Asie, à 1h du matin (GMT) le baril de brut américain a vu son prix diminuer pour atteindre 30,69 $, tandis que celui du Brent de la mer du Nord est tombé à 34,16 $.

A 5h (GMT), les contrats à terme sur le brut Brent ont chuté à 33,04 $ le baril, signale le quotidien arabophone El Bilad. Alors que le WTI a glissé à 29,40 $ le baril. La même source précise qu’il s’agit là de baisses inédites, jamais enregistrées depuis 2016.

Après que les discussions entre l’OPEP et Moscou se sont soldées par un échec, précise la même source, l’Arabie saoudite s’est résolue à se détourner de la démarche du soutien des prix, pour se lancer dans une stratégie de prise de parts de marché. Cela consiste à baisser ses prix à des niveaux jamais atteints depuis les deux dernières décennies, tout en augmentant sa production à partir du mois prochain pour dépasser le chiffre des 10 millions de barils par jour.

La stratégie Saoudienne : Une punition infligée aux russes ?

Les nouvelles mesures prises par l’Arabie Saoudite viennent pour ne rien arranger quant à la stabilité des cours du pétrole, qui connaissent déjà des fluctuations dues à la baisse de la demande provoquée par la maladie du Coronavirus. Les autres pays du Golfe suivront certainement le pas de leurs voisins saoudiens, indique le site d’informations TSA selon les propos d’Edouard Bell, analyste sur les matières premières.

Le plus grand exportateur de pétrole au monde, à savoir l’Arabie Saoudite, cherche à punir la Russie, deuxième producteur mondial de brut, affirme El Bilad, suite à son refus de soutenir les réductions de production, proposées la semaine dernière par l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP).

De nombreux experts pétroliers estiment que la baisse des prix du pétrole pourrait être pire que celle enregistrée en 2014. En effet, un véritable “choc pétrolier” se profile à l’horizon et les prix du brut pourraient chuter à 30$ voire 20 dollars, pousse la conjoncture économique mondiale vers une situation imprévisible.

Article recommandé :  L'Algérie a besoin d'un baril de pétrole de 60 dollars pour équilibrer

Chute du prix du pétrole : L’Algérie face au risque du « choc pétrolier »

Article précédent

Algérie : Garde à vue prolongée pour le journaliste Khaled Drareni

Article suivant

Lire aussi

Commentaires

Comments are closed.