AccueilÉconomieDevise AlgérieAlgérie : la chute du dinar face à l’euro et le dollar...

Algérie : la chute du dinar face à l’euro et le dollar reprend

Algérie – Le dinar algérien reprend sa chute face à l’euro et le dollar sur le marché des devises. Découvrez tous les détails du change, ce lundi 06 septembre 2021.

En effet, en Algérie, le dinar reprend sa chute face aux devises fortes, à savoir l’euro et le dollar. Cela intervient après une courte stabilité observée dernièrement. Il faut dire que sa dévaluation reprend de plus belle.

Si on se réfère aux dernières cotations officielles, la monnaie unique européenne s’impose à 161,63 dinars à l’achat et à 161,69 dinars à la vente. Pour ce qui est du dollar, il s’échange à 136,07 dinars à l’achat contre 136,09 dinars à la vente. C’est les valeurs qu’a publiées la Banque d’Algérie pour la période allant du 03 au 07 septembre.

D’autre part, la fermeture des frontières a porté préjudice au marché parallèle de la devise. Si on prend l’exemple du Square Port Said, il a enregistré une activité assez minime. Toutefois, dès que la réouverture des frontières a regagné le terrain, ce dernier a vu son activité ragaillardir. Une situation qui a souri aux devises fortes et a causé la chute du dinar.

Cet état des lieux n’est guère favorable à la monnaie nationale, et ce, même pour les jours à venir. Et cela, si on tient compte de la fortification des traversées aériennes. En conséquence, cela ne jouera nullement en faveur du dinar qui s’écrase déjà  face aux monnaies fortes. De plus, l’euro a maintenu sa position au marché informel en dépit de la demande qui était médiocre. D’ailleurs, la monnaie européenne s’échange à 213 dinars à la vente et 211 dinars à l’achat. Quant au dollar, il s’achète à 178 dinars et se vend à 180 dinars.

Marché des changes : que prévoit le gouvernement à cet égard ?

Hier dimanche, le Premier ministre algérien a exposé le plan d’action de son gouvernement. Un plan qui s’est axé sur plusieurs volets, mais qui demeure focalisé sur la relance économique du pays. Réellement, on ne peut parler d’une relance de l’économie sans aborder le marché des changes. Et cela, Aïmene Benabderrahmane l’a très bien compris. 

Par conséquent, le gouvernement prévoit une stratégie afin d’absorber 60 milliards de dollars du marché informel. Effectivement, c’est bien le montant que vise les autorités au sujet du marché noir. Cela consiste en une solution qui permettrait de porter un coup de grâce au marché parallèle. Pour ce faire, le gouvernement présage d’accorder plus de facilités au sein des banques.

Le but est d’attirer le maximum de clients pour l’ouverture d’un compte bancaire. Et par conséquent, les éloigner du marché informel. En outre, d’autres mesures vont accompagner cette démarche. Parmi elles, la mise en place de mécanismes appropriés de commercialisation au niveau des banques. Ainsi, l’activité du marché parallèle migrera vers le marché officiel des devises.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes