Algérie : les chiffres des femmes qui demandent le divorce (khul’) explosent

Algérie – Selon de récentes statistiques officielles publiées par le ministère de la Justice, les chiffres des femmes demandant le divorce (khul’) explosent. Voici l’information complète dans l’édition d’aujourd’hui, 26 décembre 2021. 

En effet, selon le ministère de la Justice, les chiffres autour du divorce (khul’) chez les femmes en Algérie frôlent les 100.000 divorces durant une année et demie. c’est effectivement un record noté par le ministère de le Justice. Plus de 44.000 divorces ont été enregistrés durant les 6 premiers mois de 2021. Echorouk relate l’information. 

C’est effectivement un record constaté par le ministère de la Justice. Plus de 44.000 cas de divorce à l’initiative des femmes ont été enregistrés durant le premier semestre de cette année 2021. Une hausse très inquiétante compte tenu des chiffres annoncés ces dernières années. Ce khul’ qui autrefois était tabou en Algérie est devenu un phénomène récurent dans la société algérienne. 

Sur les raisons qui pousseraient les femmes à demander le divorce, khul’, des spécialistes en Algérie se sont exprimés. L’avocate militante des droits de l’Homme, Fatima Zohra Benbraham par exemple explique cela par la dégradation des conditions sociales. Poussant les femmes à se libérer de l’emprise conjugale avec un mari négligeant ou violent. Chose qui n’était pas concevable dans le passé. 

Le divorce en Algérie s’accentue 

Le droit au divorce des femmes ou la procédure du Khul’, bien que souvent moins connue et moins pratiquée par la société en Algérie que la répudiation, figure dans les textes législatifs islamiques. Dans le droit musulman, l’épouse peut racheter sa « liberté » qu’elle a aliénée à son époux, en procédant au khul’. Celui-ci s’ensuit, dans la plupart des cas, par un divorce civil. 

Les femmes en Algérie n’hésitent donc plus à demander le divorce (Khul’) selon leur droit préservé par la loi algérienne. Celle-ci accorde le droit à la femme de se libérer d’un mariage douloureux quelle qu’en soit la raison. Et mettre à terme définitivement à la relation qui la lie à son conjoint.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes