Algérie : Cherif Mellal perd face à Yazid Yarichène la présidence de la JSK définitivement

Foot – Le verdict final dans l’affaire de la direction de la JSK a été rendu aujourd’hui et Cherif Mellal perd définitivement la présidence face à Yazid Yarichène. Dzair Daily expose pour vous les détails, ce lundi 6 décembre 2021.

L’affaire qui a agité le club de la jeunesse sportive de Kabylie arrive à sa fin ! Après des mois de conflit autour de la présidence de l’écurie kabyle, les deux hommes d’affaires sont enfin fixés sur leur sort. En effet, le tribunal de la wilaya de Tizi Ouzou a rendu ce lundi 6 décembre son verdict final. Il a intimé l’ordre à Mellal de quitter le siège de la JSK, reconnaissant à Yazid Yarichène sa qualité de nouveau président du club.

Il s’agit de toute manière de ce que rapporte le média généraliste Ennahar Tv. Effectivement, la bataille entre les deux concurrents sur la présidence du club mythique semble toucher à sa fin. Le tribunal a tranché sur la question. Selon la décision judiciaire, le successeur de Mohand Cherif Hannachi a perdu définitivement sa qualité de dirigeant de la JSK.

En effet, le règne du désormais président déchu a pris fin. Cela après trois (03) ans à la tête de la formation la plus titrée en Algérie. Ledit tribunal a décidé d’expulser Cherif Mellal. Ainsi que tous ses compagnons du siège de la JSK. L’ancienne administration doit, en outre, délivrer tous les documents aux nouveaux responsables. Il s’agit là aussi de ce que mentionne le média généraliste susmentionné.

Cherif Mellal impliqué dans une autre affaire judiciaire ?

Ainsi, Yazid Yarichène, le nouveau boss, pourra officiellement prendre les rênes des Canaris du Djurdjura. On peut dire donc que le conflit de grande envergure qui a eu lieu au mois de mars, entre les deux hommes d’affaires a été définitivement clos. C’est toujours selon la même source médiatique.

Pour mémoire, Cherif Mellal aurait été suivi pour une autre affaire en justice. En effet, l’ex-président de la JS-Kabylie aurait écopé d’une peine de trois (03) mois de prison. Assortis d’une amende de 100.000 dinars. Cela dans l’affaire l’opposant au membre du Bureau fédéral (BF), Hakim Medane.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes