Algérie : « La bureaucratie est le cancer de notre économie », affirme Boussa

Algérie – Manque de liquidités et pourtant le paiement en Algérie se fait exclusivement en espèce, selon Boussa, il est impératif de numériser les systèmes bancaires et éradiquer « la bureaucratie qui représente le cancer de l’économie nationale ».

Lors de son passage ce 05 août sur les ondes de la Chaîne 3 de la radio nationale, Rafik Boussa; président du cabinet international Grant Thornton Algérie et expert financier; a regretté la réalité du modèle économique du pays. Selon lui, « il faut vite accélérer les reformes bancaires afin que le système financier de l’Algérie puisse s’adapter aux besoins de l’économie nationale, à commencer par supprimer un élément bloquant l’économie en général, faisant ainsi référence à la bureaucratie; qu’il qualifia de cancer de notre économie.

Poursuivant dans le même contexte, l’expert a insisté sur l’importance de la réforme bancaire. Il s’agit d’un pas décisif des réformes structurelles de l’ensemble de l’écosystème; a-t-il avancé avant d’ajouter que cela contribuerait à la diversification de l’économie nationale en la mettant sur la voie d’une croissance plus soutenue.

Cependant, l’intervenant a reconnu que l’État a fourni des efforts dans ce sens; néanmoins le système financier reste à développer pour soutenir la diversification de l’économie et booster la croissance », a-t-il souligné. Pour lui, l’on est loin de l’innovation car par définition, tout est interdit sauf autorisation. Ainsi, « avec cette manière de faire, notre système financier, ne sera jamais développé »; a soutenu Boussa.

Faire de l’innovation financière en commençant par diversifier les moyens de paiement 

Durant son intervention, Rafik Boussa a mis l’accent sur le fait de « laisser les banques développer et diversifier les moyens de paiement afin d’éviter; les problèmes que l’Algérien a vécu ces dernières semaines avec le manque de liquidité dans les bureaux de postes ».

« Il y a des solutions technologiques qu’il faut mettre en œuvre ». Par ailleurs, il n’a pas hésité à rappeler les moyens de paiement par téléphone. « Cela se fait partout dans le monde alors qu’en Algérie on prend du temps à concrétiser ce genre de transaction »; a-t-il regretté. Ce dernier a également confié qu’il faut aller très vite pour rattraper le retard que l’Algérie a cumulé depuis plusieurs années.

Pour rappel, le gouvernement a officiellement autorisé la BNA à commercialiser neuf (9) produits relevant de la Finance Islamique. Une première en Algérie. Cela dit, cette initiative s’inscrit dans le cadre des réformes structurelles; dont la numérisation du système bancaire qui remédiera aux divers problèmes; en l’occurrence la liquidité. De plus,  la modernisation du système financier intervient afin d’accroître la confiance des citoyens et les encourager à utiliser les cartes bancaires au lieu du cash.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes