Algérie : boutiques et ateliers à destination des porteurs de projets

Algérie – Le ministre délégué, Nassim Diafat, dévoile à l’intention des jeunes un accord entre deux organismes leur permettant d’avoir des boutiques et des ateliers. Dzair Daily expose pour vous plus de détails sur ce sujet dans son édition du mercredi 22 juin 2022.

En effet, le ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de la Micro-entreprise a supervisé la signature d’une convention entre deux parties. Il s’agit de l’Agence nationale d’appui et de développement de l’entrepreneuriat (ANADE) et l’Algérienne de réalisation d’équipements et d’infrastructures métalliques (ALRIM). Cela porte sur la construction de locaux, boutiques et d’ateliers, pour les détenteurs de projets en Algérie, rapporte l’APS.

Ainsi, le contrat a pour but de prendre en charge les jeunes algériens porteurs de projets. C’est dans le but de les équiper en boutiques et ateliers. La convention a été signée au siège du ministère par le PDG d’ALRIM, Mokhtar Tayane. Ainsi que le directeur général de l’ANADE, Mohamed Cherif Bouziane. Et ce, en présence du président de l’Association professionnelle des banques et établissements financiers (ABEF), Lazhar Latrache.

À cette occasion, Diafat a indiqué que l’accord s’inscrit dans le cadre des conventions précédentes avec le ministère de l’Industrie. Cela pour la promotion de l’économie nationale tout en mettant en avant les entreprises émergentes et une tentative de mise en relation avec les grandes institutions nationales. Telle chose dans le cadre d’un partenariat et la sous-traitance.

Convention de l’ANADE et l’ALRIM : le but du contrat

Selon les explications du ministre délégué, ce contrat vise à permettre aux petites entreprises de profiter d’entrepôts et d’équipements pour exercer leurs activités. Ce qui va résoudre les problèmes du foncier et le manque d’équipements qui entravent leur développement. Le même responsable note que ce nouveau mode de financement vient répondre aux propositions des jeunes entrepreneurs et des banques.

Diafat a souligné que l’agence, à travers ses près de 25 ans d’expérience, a remarqué que le problème du foncier fait partie des problèmes majeurs auxquels sont confrontés les jeunes. En particulier, les propriétaires de projets productifs. Ajoutant que pour résoudre ce problème, une coordination multisectorielle est mise en place pour trouver des solutions. À savoir, l’introduction de ces micro-entreprises dans les espaces des zones industrielles.

Parmi les solutions les plus importantes, Diafat a également évoqué la coordination entre les ministères de l’Industrie et de l’Intérieur. C’est pour créer et équiper des zones de micro-activités. Il a enfin affirmé que cette convention permettra à ces zones de se doter de structures adaptées aux activités concernées.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici