Belmeddah demande la reprise des vols d’Air Algérie depuis ces pays

Algérie – Continuer dans la même voie. Tel est l’objectif qu’a tracé le député de l’émigration depuis plusieurs mois. Noreddine Belmeddah poursuit sur sa lancée et demande la reprise des vols d’Air Algérie pour rapatrier nos ressortissants depuis plusieurs pays.

Des deuils entravés, des bancs qui restent vides aux écoles et des soudaines séparations qu’endurent plusieurs Algériens qui n’y étaient guère préparés. L’incroyable saga de la fermeture des frontières au temps du coronavirus continue. À la recherche d’un heureux épilogue, aussi incertain que lointain, Belmeddah, l’une des premières voix qui se sont élevées pour demander l’ouverture du ciel algérien au trafic des compagnies aériennes, appelle une nouvelle fois à la reprise des vols de rapatriement d’Air Algérie.

À ce qu’il parait, le mot céder n’a pas de place dans son dictionnaire. En effet, le député de l’émigration est revenu pour demander les mêmes choses du tout premier jour. Cela dans un entretien accordé au site spécialisé Djalia DZ, mis en ligne samedi 12 décembre. « J’ai adressé une missive au Premier ministre, il y a une quinzaine de jours », rappelle-t-il. Dans cette dernière, « je lui ai demandé d’autoriser l’organisation de plusieurs vols de rapatriement », jusqu’à ce que les bloqués soient tous de retour, explique-t-il.

Cette demande n’a cependant pas eu le résultat escompté. Ainsi, la nouvelle phase de rapatriement, opérée par la compagnie aérienne nationale, prendra fin le 19 décembre. La continuité de cette opération au-delà du mois de décembre demeure inconnue. D’ailleurs, Air Algérie n’a, jusque-là, annoncé aucun vol qui ira au-delà de la date susmentionnée.  

L’Algérie, doit-elle reprendre ses vols avec les pays fortement touchés par la pandémie ? 

C’est une question fait jaser beaucoup de spécialiste en ce moment. Belmeddah donne son avis personnel quant à cette interrogation. « L’Algérie doit ouvrir ses frontières même avec les pays qui connaissent une recrudescence de cas », pense-t-il. Pour expliquer sa vision des choses, le député dit : « On ne doit pas fermer nos portes aux Algériens ».

Puisque les Algériens bloqués en Turquie n’ont pas bénéficié des derniers vols de rapatriement, Noreddine Belmeddah demande aux autorités « d’organiser d’autres vols de rapatriement depuis tous les pays » du monde. Aux yeux du député, « le gouvernement doit ouvrir les frontières algériennes entièrement et non pas partiellement ». Il recommande également aux pouvoirs publics d’avancer « une date exacte » pour les citoyens concernés, ajoute-t-il. 

« Le gouvernement doit accélérer » la réouverture, déclare Belmeddah. Tout cela dans le but de permettre à « la communauté algérienne bloquée à l’étranger de regagner le pays ». Ces bloqués, se sont vus d’un seul coup éloignés de leurs familles. Empêchés de se rejoindre, ils se font leurs adieux via les écrans. En définitive, l’invasion brutale du virus à couronne a mis la communauté algérienne à l’étranger dans une situation très éprouvante. C’est en tout cas ce que l’on parvient à tirer de nombreux témoignages.

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes