Algérie : Baisse du taux du Dinar pour éliminer le Square (marché noir) ?

Algérie – Les déclarations du ministre des Finances, au sujet des mesures gouvernementales, non encore dévoilées, visant l’élimination du Square, marché noir de la devise en Algérie, font jaser, et des experts, commentant alors les propos du responsable, s’attendent à ce que l’État recours dans ce cadre à la baisse de la valeur du dinar avec un taux proche de 100%.  

Cette dévaluation de la monnaie nationale, d’un taux approximatif de 100%, aura comme but de rendre la valeur du dinar égale à celle en vigueur au niveau du marché noir des devises en Algérie, à sa tête le Square Port-Saïd à Alger. C’est ce qu’avance un reportage de la chaîne d’information Echorouk News.

« Je pense que les indicateurs existants montrent que le gouvernement planifie en effet la diminution de la valeur du dinar ; à des niveaux extrêmement bas ». C’est ce qu’a expliqué au média ; l’expert en économie Abderrahmane Aya dans un appel téléphonique. À la tête des mesures annoncées par Aymen Benabderrahmane ; à l’encontre du marché noir de change, on trouverait alors la dévaluation de la monnaie nationale.

« Il est donc très probable que la valeur d’un (1) euro atteindra au sein des circuits bancaires officiels le même taux de change ; que celui valable à hauteur du marché parallèle ». Le fossé entre le taux de change officiel ; et celui parallèle s’effacera ; et avec lui s’évaporera tout motif rendant « légitime » les activités du secteur informel de la devise.

Baisse de la valeur du dinar : Un coup terrible pour le pouvoir d’achat des Algériens

Pareil choc « se justifiera en fait par la perte de valeur du dinar ; devant les devises étrangères, en particulier l’euro, à un taux d’environ 100%. Par le biais de cette mesure, l’État renoncera à sa politique de soutien du dinar. De telle chose résultera un choc terrible qui frappera le pouvoir d’achat du citoyen » ; a prévenu le spécialiste. « Les opérations d’importation qui se réalisent en Algérie, a-t-il ajouté, s’effectuent par le moyen d’un dinar jouissant du soutien étatique ».

« Ainsi et selon les mêmes propos, le niveau du pouvoir d’achat lié aux produits de consommation ; et aux intrants de production est proche actuellement du niveau du dinar soutenu. Par contre, « si l’État laisse tomber et cesse de soutenir le dinar ; et que sa valeur devient celle du marché face aux monnaies fortes, euro, dollar et autres, je crois que le pouvoir d’achat subira un choc immense ».

Soulignons par ailleurs que les taux de change dans l’informel dépassent en valeur ceux de la sphère officielle à des degrés variables arrivant jusqu’à 50%. C’est ce que rappelle le média arabophone. La disparition de l’écart entre les tarifications officielles d’une part et celles parallèles de l’autre empêchera toute raison d’existence au marché noir.

https://www.facebook.com/EchorouknewsTV/videos/1275359972807870/

Partager sur :

Articles récents

Articles connexes